À la télé ce soir: La cravate, le nœud de l’extrême droite

Découverte du quotidien d’un jeune militant français d’extrême droite.

bastien, militant d'extrême droite dans la cravate
© Quark Production

Diffusion le 8 décembre à 0h05 sur France 2

Entre l’histoire racontée en voix off et les images projetées à l’écran, tout se tient. Bastien, solide gaillard d’une vingtaine d’années, apparaît un matin automnal dans sa ville d’Amiens, prêt à ouvrir le rideau de fer de la vitrine de l’antenne du parti du Front National. Le jeune homme s’installe au bureau, remplit quelques tâches administratives puis accueille son supérieur, Éric. Le secrétaire départemental s’empresse de rédiger un communiqué de presse pendant que son assistant a pour tâche de rameuter de nouveaux électeurs. À quelques semaines des élections présidentielles 2017, il écume les rues de la ville picarde, au marché ou devant l’église, pour représenter la jeunesse et le renouveau.

Animateur dans une salle de jeux, capitaine d’une équipe de laser game et en couple, Bastien a toutefois de plus en plus de mal à concilier toutes ses vies. Comment s’apprête-t-il à gérer les événements, au moment où il tente de prendre de plus en plus de place dans le parti, troquant ses pulls à capuche pour des costumes-cravates?

Surtout que, dans le même temps, certains passages troubles de son passé commencent à resurgir sur le devant de la scène… Le principe de ce documentaire est plutôt original puisqu’il mêle des images filmées en direct à celles, enregistrées plus tard, qui montrent Bastien en train de lire et de réagir au texte de sa vie romancée, par ailleurs lu à haute voix par Étienne Chaillou. Avec le coréalisateur Mathias Théry, il utilise cette approche pour tenter de mettre en sourdine les discours directs de l’extrême droite et ainsi éviter que le documentaire devienne une plateforme de diffusion des idées du parti de Marine Le Pen, entre-temps renommé Rassemblement National. Cela fonctionne plutôt bien, même s’il est pratiquement impossible – à travers ce suivi au plus près du militant – de ne pas s’attacher au jeune Bastien.

Sur le même sujet
Plus d'actualité