À la télé ce soir: Ariane, une épopée spatiale

Débuté dans les années 70, le projet Ariane a permis à l'Europe de prendre son indépendance spatiale.

La fusée Ariane
@Belga Image
Diffusion le 4 décembre à 21h00 sur La Trois

2022 est l’année qui devrait marquer un nouveau changement pour Ariane, le nom générique donné à cette famille de lanceurs civils européens de satellites. Si tout se passe bien, les Européens pourront officiellement donner vie à Ariane 6 dans quelques mois. De quoi célébrer à nouveau cette véritable union européenne autour de l’innovation qui a permis à l’ESA (Agence Spatiale Européenne) de se faire une place dans l’univers spatial face à la suprématie soviétique et américaine.

En 40 ans, le projet Ariane a en effet placé plus de 300 satellites dans l’espace, Ariane 5 faisant d’ailleurs partie en 2020 des lanceurs les plus fiables de la planète avec 91 tirs consécutifs réussis. Ce succès européen repose en partie sur une base de lancement située sur un lieu idéal: Kourou, en Guyane française. Une cité spatiale de 660 km2 créée en deux ans à peine au cours des années 60 en pleine forêt tropicale. Le site est proche de l’Équateur, ce qui rend l’accès plus aisé à un grand nombre d’orbites utiles.

Pourtant, à l’époque de la naissance de Kourou, les Européens manquent d’un projet concret pour avancer. Ils se mettent alors à la recherche du moteur idéal, celui qui pourra repousser les limites pour faire voler une fusée qui échappera à l’attraction terrestre et atteindra la vitesse orbitale, soit 28.000km/h. Puis 36.700 km/h, au moment de rejoindre une orbite géostationnaire. Après avoir dépendu des Américains pour mettre ses satellites en orbite, l’Europe veut obtenir son indépendance. Pendant plusieurs années, plus de cinquante entreprises de dix pays européens travaillent à la réalisation d’un lanceur baptisé Ariane. Il voit le jour un jour de décembre 1979, mesure 47 mètres et pèse 210 tonnes. Voici l’histoire passionnante de l’épopée spatiale européenne.

Sur le même sujet
Plus d'actualité