Vers une nouvelle enquête pour viol contre PPDA

L'écrivaine Florence Porcel a porté plainte avec constitution de partie civile, ouvrant ainsi la voie à l'ouverture d'une nouvelle enquête.

Encore une enquête pour viol sur PPDA
(@Belga Image)

Classée sans suite fin juin, l’affaire des accusations d’agressions sexuelles contre l’ex-journaliste vedette de la télévision française Patrick Poivre d’Arvor connaît une nouvelle étape judiciaire: l’écrivaine Florence Porcel a porté plainte avec constitution de partie civile pour viol afin d’obtenir la saisine d’un juge d’instruction, ouvrant ainsi la voie à l’ouverture d’une nouvelle enquête.

Florence Porcel, 38 ans, accuse l’ex-présentateur star du journal télévisé de la chaîne TF1 de lui avoir imposé des rapports sexuels en 2004 et 2009.

Sa première plainte contre " PPDA ", 74 ans, qui a nié ces accusations, avait été déposée en février puis classée sans suite fin juin par le parquet de Nanterre, près de Paris, pour " insuffisance de preuves ".

Après un classement sans suite par des magistrats du parquet, un plaignant peut se constituer partie civile afin de provoquer la saisine d’un juge pour enquêter de nouveau sur les faits reprochés.

L’affaire PPDA avait éclaté en février, avec le dépôt de la première plainte de Florence Porcel. Une enquête préliminaire de quatre mois avait ensuite été menée par le parquet de Nanterre.

Au total, vingt-trois femmes avaient témoigné, dont neuf avaient choisi de porter plainte pour viol, agressions sexuelles ou harcèlement sexuel. La majorité des faits reprochés étaient prescrits, ce qui avait entraîné le classement sans suite de l’enquête.

Les faits avancés par Mme Porcel n’étaient en revanche pas prescrits. Ils avaient été classés pour " insuffisance de preuves ".

De son côté, Patrick Poivre d’Arvor rejette toutes les accusations. Il avait fustigé une " recherche de notoriété " de la part de ses accusatrices, portant plainte notamment pour dénonciation calomnieuse contre Florence Porcel, qui a écrit un livre de fiction s’inspirant de sa version des faits.

Mais sa plainte pour dénonciation calomnieuse avait également été classée sans suite par le parquet de Nanterre, qui avait souligné " l’absence de démonstration d’une intention de nuire " de la part de Mme Porcel.

Sur le même sujet
Plus d'actualité