À la télé ce soir: The L Word Generation Q

La saison 2 inédite de The L Word: Generation Q ronronne, mais captive grâce à ses personnages.

The L Word Generation Q
Diffusion le 20 novembre à 20h30 sur Be Series

Y a des retours qui font plaisir. On pourra toujours déplorer le manque d’inspiration de l’industrie américaine télévisée – qui n’a jamais eu de scrupules ces dernières années à ressortir du placard des séries qu’on pensait achevées (Dexter, Charmed, Les Experts…) –, mais le comeback l’an passé, et après une décennie d’absence, des héroïnes de The L Word avait su convaincre. Développée par la scénariste Ilene Chaiken, en 2004, la fresque initiale introduisait les téléspectateurs dans la communauté lesbienne de Los Angeles. Faisant fi des tabous de l’époque, et n’hésitant pas à mettre en avant des sujets avant-gardistes sur le petit écran, comme l’homoparentalité.

De retour à l’antenne depuis fin 2019, cette remise au goût du jour, sous-titrée désormais Generation Q (« Q » pour le mot anglais « Queer », désignant celles ou ceux qui ne se reconnaissent pas dans un genre ou dans la sexualité hétérosexuelle), donnait immédiatement cette sensation de n’avoir jamais quitté les protagonistes principales. Bien sûr, chacune d’entre elles a plus ou moins évolué. Bette Porter (Flashdance), figure de proue de la fiction, avait proposé sa candidature pour devenir maire de Los Angeles. Alice (Leisha Hailey) est quant à elle la vedette d’une émission, tandis que la charismatique Shane (Katherine Moenning) prouvait une nouvelle fois ses talents de séductrices.

Dans cette seconde salve, chapeautée par la showrunner Marja-Lewis Ryan, qui avait pris la relève d’Ilene Chaiken (uniquement productrice), les personnages, sans grande surprise, se cherchent de nouveaux repères. Côté casting, ces inédits voient des rôles intégrés et incarnés notamment par Rosie O’Donnell et Vanessa Williams. Si l’on peut regretter le côté ronronnant des intrigues, certaines pistes ont toutefois le mérite d’être explorées. À l’image d’Angie (Jordan Hull), la fille de Bette et Tina, en pleine interrogation sur ses origines. Bien vu.

Plus d'actualité