À la télé ce soir: Le contrat de trop, ou le retour d’Érich Kessel

Arte diffuse le quatrième volet des mésaventures de l'antihéros déchu, Érich Kessel.

Zur ARTE-Sendung Alles auf Rot Diller (Nicholas Ofczarek, li.) hält Kessel (Fritz Karl, re.) bei einer hitzigen Auseinandersetzung in der Kneipe auf St. Pauli zurück. © Marion von der Mehden/Network Movie/ZDF/arte Foto: ZDF Honorarfreie Verwendung nur im Zusammenhang mit genannter Sendung und bei folgender Nennung
Diffusion le 12  novembre à 20h55 sur Arte

Ceux qui suivent assidûment les fictions d’Arte connaissent déjà Érich Kessel, le personnage tiré des romans de l’écrivain Georg M. Oswald. Pour les autres, petit récapitulatif en une phrase. L’agent Kessel est un policier d’Hambourg qui a eu de nombreux démêlés avec la drogue, ce qui a brisé sa famille, l’a distancié de son meilleur ami, le commissaire Mario Diller, et l’a envoyé in fine derrière les barreaux. Vous voilà maintenant fin prêts pour regarder Le contrat de trop, le quatrième opus de la série (qui se regarde très bien sans avoir vu les trois autres épisodes).

Dans ce chapitre, on assiste à la sortie de prison de Kessel, qui a bien évidemment perdu son job à la police. Pour lui, c’est clair: les bêtises avec la drogue, c’est du passé! Il veut maintenant une vie saine, même s’il ne roule pas sur l’or. Il renoue avec son ex et son fils, reparle avec son ami Mario et s’est trouvé un job de barman. Mais au même moment, un drame survient. Un rappeur et sa fiancée sont tués dans un magasin et il s’avère que cette femme est la fille d’un baron de la drogue. Ce dernier pense naturellement à Kessel pour retrouver le coupable. Après tout, il connaît à la fois le milieu du crime organisé et de la police, un atout non négligeable. Il lui propose beaucoup d’argent et puisqu’il est fauché, Kessel accepte à contrecœur. Sans surprise, cela va le conduire dans un engrenage foireux où il va risquer de tout perdre.

Ce quatrième opus est à l’image des trois précédents. Une fiction qui fait le portrait frappant et haletant à la fois de la pègre hambourgeoise, avec ses codes et ses magouilles, mais aussi de la police allemande. Le scénario donne de l’importance à chaque personnage, alterne entre moments forts et plus calmes, et entretient le suspense jusqu’à la toute dernière minute.

Plus d'actualité