Santé, les femmes discriminées

Malgré une espérance de vie supérieure à celle des hommes, les femmes font plus souvent l'objet d'erreurs de diagnostic, et sont sous-représentées dans les études cliniques.

Professeur Sarah Hawkes, co-directrice Global Health 50/50
Diffusion le 16 octobre à 22h40 sur Arte

La pandémie pourrait avoir un effet bénéfique, celui de redistribuer les cartes face aux discriminations de genre qui gangrènent le secteur de la santé. C’est le postulat émis en conclusion par le film diffusé ce samedi soir sur Arte. Car ce genre de discriminations existe. Discrètes, insidieuses, elles sont pourtant prouvées par de nombreuses analyses. Les femmes sont ainsi plus souvent victimes d’erreurs de diagnostic. C’est souvent le cas pour certaines maladies comme l’autisme et les problèmes cardiaques, généralement attribués aux hommes.

Elles sont aussi largement sous-représentées dans les études cliniques. Pourquoi? À cause de leurs particularités hormonales. Soumises à davantage de variations que celles des hommes, elles biaiseraient les résultats. Une explication remise en question mais qui fait encore foi dans le monde scientifique et qui a des implications directes sur la santé des femmes. Elles ont deux fois plus de risques de souffrir d’effets secondaires lors de la prise d’un traitement ou de l’injection d’un vaccin. Plus parlant encore, des études ont révélé qu’une ambulance mettait trente minutes de plus pour arriver si l’appel concernait les douleurs cardiaques d’une femme plutôt que celles d’un homme.

Que faire dès lors face à cette réalité? Espérer, comme nous l’avons précisé plus haut, que le Covid aura réellement un impact sur l’intérêt pour ces discriminations. Les études scientifiques, notamment celles autour du vaccin, ont dû par la force des choses intégrer toute la population. Et surtout, d’abord comprendre l’ampleur du phénomène grâce aux témoignages de femmes un jour victimes de ce biais de genre, et à la brochette de scientifiques britanniques et américains venus faire le mea-culpa de tout leur secteur.

Sur le même sujet
Plus d'actualité