Le retour de « Secrets d’histoire » ce soir sur France 2

Stéphane Bern raconte un intellectuel hors norme, François Marie Arouet, dit Voltaire.

voltaireoulalibertedepens-2

Ses petites leçons d’histoire nous avaient manqué! Plus aucun inédit depuis mars 2017 (et l’épisode consacré à Ramsès II)… Heureusement, Stéphane Bern est de retour pour l’été avec au moins trois nouveaux numéros de ses Secrets d’histoire. Avant les très attendues Anne de France et Marie Tudor, il nous offre un gros sujet sur Voltaire. 110 minutes qui permettront un joli tour d’horizon sur le parcours d’un des plus grands hommes de lettres français, qui accède à la notoriété en 1718 – il n’a que 24 ans -, avec sa première pièce de théâtre: Œdipe.

Stéphane Bern revient sur la relation passionnée qui unit Voltaire à la marquise Émilie du Châtelet. C’est lui qui la pousse à traduire en français les principes mathématiques d’Isaac Newton. En 1749, lorsqu’elle meurt, Voltaire écrit: “Je n’ai pas perdu une maîtresse mais la moitié de moi-même. Un esprit pour lequel le mien était fait”. Tout au long de sa vie, Voltaire s’est opposé au fanatisme et à l’intolérance. Une prise de position qui lui vaut de s’attirer bon nombre d’ennemis. Comme en 1762, lorsqu’il prend ouvertement le parti de Calas, un négociant protestant accusé d’avoir tué son fils qui voulait se convertir au catholicisme. Plusieurs fois arrêté, détenu à la Bastille, il est persona non grata à Paris. Ce qui le pousse en 1755 à s’établir à Ferney, tout près de la frontière suisse. Il y acquiert l’ancienne seigneurie et la transforme en château. C’est là qu’il écrira entre autres le Dictionnaire philosophique ou le Traité sur la tolérance. En 1778, âgé de 83 ans, il revient une dernière fois à Paris, pour les répétitions de sa dernière tragédie, Irène. Un retour triomphal dont il ne pourra guère profiter: usé par un cancer de la prostate, il meurt le 30 mai. En 1791, ses cendres sont transférées au Panthéon. Un ultime hommage.

Sur le même sujet
Plus d'actualité