Overdose, petite leçon de cinéma signée Olivier Marchal sur Prime Video

Avec Overdose, son nouveau film adapté du roman Mortels trafics et produit tout spécialement pour Prime Video, Olivier Marchal envoie du très lourd.

Sofia Essaidi dans Overdose d'Olivier Marchal
© Prod.

À Toulouse, Sara (Sofia Essaïdi) dirige la brigade des stupéfiants. Elle et son équipe projettent d’arrêter un transport de drogue entre l’Espagne et la France. Léger avantage à la police française, ­puisqu’elle dispose d’un agent infiltré. Au même moment, à Paris, Richard Cross, à la tête de la criminelle, tente de découvrir qui a assassiné deux adolescents hospitalisés à Necker. Deux enquêtes qui ­s’avèrent liées, forçant Richard à prendre la route du Sud pour rejoindre Sara et son équipe. Pendant ce temps, en Espagne, Garcia met au point les derniers détails de son convoi exceptionnel. Un pitch clas­sique… Sauf que derrière la caméra, on retrouve ­Olivier Marchal, devenu maître en la matière. Réalisateur et coscénariste (avec Christophe Gavat), il adapte ici le roman de Pierre Pouchairet, Mortels ­trafics, prix Quai des Orfèvres en 2017.

Pendant près de deux heures, on retient son souffle. Donnant à voir à la fois le point de vue des enquêteurs – et la collaboration parfois difficile entre les différents services de police – et celui des voyous, Overdose offre un spectacle grandiose, mixant parfaitement les scènes de courses-poursuites, les cascades, les tensions et les face-à-face. Des deux côtés, les ­personnages sont prêts à tout – résoudre leur enquête, arrêter les trafiquants et mener à bien un périlleux voyage – et ne reculent devant rien. On tremble pour ces hommes et ces femmes qui révèlent ci et là leurs fragilités. Hyper-violent, Overdose s’appuie sur un casting solide – Sofia Essaïdi (Les combattantes), Assaad Bouab (Dix pour cent, Braquo), Kool Shen (une révélation), Simon Abkarian, Catherine Allégret (tellement rare au cinéma) – où on retrouve de grands noms étrangers aussi, comme Alberto Ammann (Narcos) et ­Carlos Bardem. Overdose dénote dans la filmographie d’Olivier Marchal comme il nous le rappelle: “Il est violent mais pas glauque. On n’est pas dans la crasse, dans des commissariats dégueulasses avec des flics ripoux. Dans Overdose, les flics ont leur part de malheur mais font leur boulot, de manière exemplaire”.

Première production du ­réalisateur pour une plateforme de streaming, le film pourrait connaître un deuxième volet, si le succès est au rendez-vous ­puisque Pierre Pouchairet écrit en ce moment même la suite de son roman. Une excellente nouvelle pour les tous amateurs du genre.

*** À voir dès ce 4 novembre sur Prime Video

Sur le même sujet
Plus d'actualité