Notre-Dame de Paris: une première série sur l’incendie de la cathédrale

Une fiction Netflix portée par Roschdy Zem et Caroline Proust relate l'incendie qui a captivé la planète en 2019.  

Incendie de Notre-Dame de Paris
©Belga

Trois ans et demi après l’incendie de Notre-Dame de Paris, Netflix sort mercredi la première série sur cet événement, raconté à travers un éventail de personnages pris dans la tourmente des flammes qui ont ravagé la cathédrale.

Si " Notre-Dame, la part du feu " plonge dans la nuit du 15 au 16 avril 2019, qui a failli voir le monument gothique s’effondrer, elle " parle surtout de nous tous ", expose à l’AFP Hervé Hadmar, son créateur et réalisateur, connu notamment pour la série " Pigalle, la nuit ".

Autour de l’incendie, cette production déploie, au fil de six épisodes de 48 minutes, une galerie de personnages aux prises avec leur propre " feu intérieur, leurs problématiques ", qui " vont se croiser ", ajoute l’auteur.

Casting varié et gros budget

Parmi ceux-ci, les pompiers aux manettes du sauvetage de la cathédrale, incarnés par Roschdy Zem et Caroline Proust (Engrenages), sont confrontés au dilemme des prises de risques à faire courir à leurs équipes. En parallèle, un restaurateur (Simon Abkarian) recherche désespérément sa fille toxicomane, tandis qu’une journaliste (Alice Isaaz) prend des risques inconsidérés pour recueillir des images du drame.

À lire aussi: Quand les travaux de Notre-Dame de Paris seront-ils finis?

Marqué par les " centaines de milliers, les millions de regards " tournés cette nuit-là vers Notre-Dame, " j’avais envie de montrer ce côté universel de l’émotion " et, pour cela, " j’avais besoin de personnages très différents les uns des autres ", explique Hervé Hadmar.

Bien que la série ne revendique pas une démarche documentaire, le réalisateur indique s’être appuyé sur l’ouvrage " La nuit de Notre-Dame ", écrit par la brigade des sapeurs-Pompiers de Paris et le journaliste Romain Gubert, qui relate, heure par heure, l’évolution de l’incendie.

Série à gros budget, dont le montant n’a pas été dévoilé, " Notre-Dame, la part du feu " offre également une plongée au cœur de l’incendie à grand renfort d’images de synthèse, notamment pour reproduire la chute de la flèche de la cathédrale, mais aussi par des décors minutieusement reconstitués, comme la nef et l’autel du joyau gothique.

Conçue comme une " mini-série événement " dont le récit " est bouclé à la fin ", le réalisateur précise qu’aucune suite n’est prévue.

À lire aussi: Netflix dévoile les détails de sa formule avec publicités

Sur le même sujet
Plus d'actualité