Stranger Things, l’eldorado des classiques du rock

Vous ne pensiez pas trouver un seul point commun entre Metallica et Kate Bush? Netflix est passé par là…

stranger things
© Netflix

Le 1er juillet dernier sortait sur Netflix la deuxième partie de la saison 4 de Stranger Things. Plus horrifique mais qui sent toujours aussi bon les " eighties ". Une formule gagnante puisque la série voit son immense succès confirmé depuis 2016. En témoignent les chiffres communiqués par la plateforme de streaming: plus d’un milliard d’heures de vues cumulées, soit le deuxième meilleur score du géant, juste derrière le show coréen Squid Game. Une vitrine d’exposition qui fait rêver…

De service VOD à influenceur mondial

L’ogre américain du streaming se rêve, désormais, en lanceur de tendance. Par deux fois en à peine un mois, il vient de bousculer l’industrie musicale. Le top 50 Spotify – devenu référence mondiale en termes de tendance – se la joue légèrement " old school " depuis fin mai. Alors qu’il est habituellement composé de nouveaux titres, il est désormais dominé par deux classiques des années 80: Master of Muppets de Metallica et Running up that hill de Kate Bush. En cause? L’apparition de ces titres par Netflix dans la dernière saison de Stranger Things. Mais là où l’entreprise américaine se démarque, c’est dans l’utilisation de ces chansons. L’idée est de les intégrer directement à l’intrigue et non de les reléguer à la bande son. Elles deviennent un objet du 1er plan qui marque le spectateur. Une tactique visiblement payante…

Un succès bienvenu

2,3 millions de dollars, c’est la somme qu’a empochée Kate Bush depuis le retour en grâce de son titre phare. Un succès complétement inespéré pour la chanteuse britannique, 37 ans après la sortie de Running up that hill et 11 ans après son dernier album studio. Metallica qui était présent à Rock Werchter le 1 juillet dernier – où ils ont d’ailleurs joué Master of Muppets – s’est dit comblé par l’utilisation d’une de ses plus grandes chansons dans la série. " Nous étions plus que ravis d’inclure ‘Master of Puppets’ dans la série et d’avoir une scène aussi cruciale construite autour d’elle " a déclaré le groupe sur Instagram. Pour la petite anecdote, c’est le fils du bassiste du groupe, Robert Trujillo, qui a réalisé les guitares sur la version présente dans la série.

Ce succès est probablement perçu comme un ouf de soulagement, temporaire, pour Netflix car la chute de son nombre d’abonnés et l’érosion de son titre à Wall Street continuent.

Sur le même sujet
Plus d'actualité