Atlanta, The Terminal List… Que regarder en streaming ce week-end?

Vous cherchez des idées de films, de séries et de docus à découvrir ou à rattraper? Allez, suivez le guide.

donald glover dans Atlanta
© prod

Seul face à l’abeille

Trevor, père divorcé, vient de retrouver du travail: “house-sitter”. Pour son premier job, il doit garder l’immense villa ultra-moderne d’un très riche couple pendant une semaine et nourrir le chien… Rien de trop compliqué sur papier, d’autant que toutes les consignes, instructions et codes des alarmes lui ont été laissés dans un manuel. C’était sans compter sur… une abeille. Ce bête petit insecte, qui ne semble pas du tout vouloir quitter la maison, va en faire voir de toutes les couleurs à notre concierge temporaire.

Un prétexte plutôt simple, voire simpliste, qui semble avoir été pensé uniquement pour donner libre cours aux frasques de Rowan Atkinson, l’intemporel Mister Bean, qui renoue ici avec ce qui a fait le succès de son personnage culte: humour burlesque, grimaces, chutes et autres gags visuels en tout genre, le tout avec un minimum de dialogues, à la limite du film muet. La volonté de Netflix de capitaliser sur le souvenir du grand naïf anglais à la Mini verte et de surfer sur cette nostalgie est un peu trop manifeste, mais rien à faire: Atkinson n’a rien perdu de son talent et devrait parvenir à faire rire toute la famille à un moment ou l’autre, même les plus réticents. Le format – des épisodes entre 10 et 15 minutes – permet même de regarder Seul face à l’abeille avec des enfants plutôt jeunes sans les faire rester devant un écran trop longtemps. Malin… – B.M.

** Netflix

The Terminal List

Après Jurassic World et l’univers Marvel, Chris Pratt se lance un défi inédit: le rôle principal d’une série, en l’occurrence disponible en streaming. Une belle tête d’affiche pour The Terminal List qui a d’autres bons arguments à faire valoir, dont un scénario addictif dès le premier épisode. On découvre donc le personnage de James Reece (Chris Pratt), un lieutenant-commandant qui vient de perdre tout son peloton de la Navy lors d’une mission en Syrie. Une fois revenu chez lui, ses souvenirs ne semblent plus coller à la réalité. Son récit de la mission ratée au Moyen-Orient ne correspond pas aux éléments dont disposent les autorités. James commence à douter de sa propre mémoire, mais très vite, il est également de plus en plus convaincu qu’il est la cible d’une machination mettant en danger sa vie et celles de ses proches. Comme si la guerre syrienne se poursuivait mais de l’autre côté de l’Atlantique. L’intrigue instille ainsi directement le doute. James est-il fou ou au contraire extrêmement clairvoyant sur ce qui se trame dans son dos? Une question habilement entretenue par la suite. La série nous force à prendre, ou pas, parti pour lui, avec un malaise évident vis-à-vis de ce supposé héros qui n’en est peut-être pas un. Les scènes d’action, soigneusement travaillées et séquencées, ne font qu’amplifier cette tension croissante qui nous tient en haleine. On sait juste que quelqu’un ne dit pas la vérité, reste à savoir qui. Le téléspectateur a huit épisodes pour trouver la réponse à cette énigme qui mêle avec dextérité drame psychologique et cinéma d’action. – K.D.

*** Prime Video

Atlanta

Donald Glover/Childish Gambino continue d’explorer la culture afro-américaine, le racisme et les différences sociétales à travers le regard d’Earn, manager, de son cousin rappeur Paper Boi et de leur acolyte Darius. Une nouvelle saison tout autant excellente que les précédentes, mais sur notre continent cette fois. – B.M.

**** Disney+

My Fake Boyfriend

Andrew, malheureux dans sa relation avec un acteur, suit l’avis de ses deux meilleurs amis: créer un faux petit ami grâce au deepfake. Le début d’un mensonge qui va prendre des proportions folles alors qu’il tombe amoureux d’un autre. Une divertissante comédie romantique gay, même si le scénario est par moments trop absurde pour être crédible. – K.D.

** Prime Video

Jeunes et chirurgie esthétique

Auvio suit plusieurs femmes avant, pendant et après leurs opérations de chirurgie esthétique pour comprendre comment ces interventions sont devenues aussi banales qu’un tatouage. De la Suisse à la Turquie, on découvre aussi quelques travers d’instituts de beauté pas toujours recommandables. Un décryptage intéressant. – K.D.

** Auvio

Sur le même sujet
Plus d'actualité