Shining Girls, thriller métaphysique produit par Leonardo DiCaprio

Dans Shining Girls, Elisabeth Moss traque un serial killer sur lequel le temps ne semble pas avoir de prise.

Shining Girls
© Prod.

Presque dix ans après la sortie du roman à succès Les lumineuses, Apple TV a flairé le bon filon en adaptant ce livre avec une série de huit épisodes. Un scénario stressant centré sur le personnage de Kirby Mazrachi (Elisabeth Moss), une archiviste d’un quotidien de Chicago qui rêve de ­devenir journaliste. Troublée par un meurtre dont le modus operandi ressemble fortement à l’agression qu’elle a subie six ans plus tôt, elle s’allie à un reporter (Wagner Moura). Non seulement les deux affaires sont liées, mais en plus, d’autres personnes sont ­mortes de la même façon… à des décennies d’écart. Comme si son agresseur (Jamie Bell) voyageait dans le temps pour tuer systématiquement des femmes brillantes à l’avenir prometteur. Déjà amnésique, ses souvenirs s’embrouillent de plus en plus. Son traumatisme refait surface et elle n’arrive plus à distinguer ce qui tient du réel ou de son imagination.

Si Kirby veut mettre la main sur cet homme, elle va devoir lutter contre elle-même. Produit par Elisabeth Moss en personne aux côtés entre autres de Leonardo DiCaprio, Shining Girls crée un mélange original entre les genres policier, métaphysique et noir. Il faut du temps avant d’entrer dans le vif du sujet et que Kirby ne dévoile toute la complexité de son personnage. Ce n’est qu’alors qu’apparaît pleinement la réflexion de la série sur le concept du traumatisme et de la perception de la réalité. S’y ajoutent, un peu pêle-mêle, des observations annexes quant à l’impact du patriarcat sur la société, des conflits familiaux ou encore sur le métier de ­journaliste.

Les trois premiers épisodes sortent ce 29 avril. Les autres suivront au rythme d’un nouvel épisode par semaine.

** Apple TV

Sur le même sujet
Plus d'actualité