Moon Knight, Johnny par Johnny… Que regarder en streaming ce week-end?

Vous cherchez des idées de films, de séries, de podcast ou de docus à découvrir ou à rattraper? Allez, suivez le guide.

Moon Knight
© Disney+

Johnny par Johnny

Je n’ai pas peur de la mort”, témoigne Johnny Hallyday dans la nouvelle série documentaire événement mise en ligne ce mardi 29 mars sur Netflix. En trois heures et vingt minutes, soit cinq épisodes de quarante minutes, le chanteur ­disparu le 5 décembre 2017 à l’âge de 74 ans est le narrateur de sa propre histoire. Johnny par Johnny se nourrit en effet de centaines d’heures d’archives fournies par l’Institut national de l’audiovisuel français (interviews, concerts, reportages) et par Universal Music qui a sorti la plupart des albums du Taulier. “Je suis assez menteur, j’ai besoin de croire à mes mensonges pour arriver à me faire rêver.  Le seul endroit où je suis sincère avec moi-même, c’est lorsque je suis sur scène.” Tout est dit ici. Sans filtre et sans tabou.

On retrouve aussi quelques témoignages: sa marraine Line Renaud, le photographe des années Salut les copains Jean-Marie Périer, l’auteur Philippe Labro qui lui a écrit une trentaine de chansons ou encore ses “ex” Nathalie Baye et Adeline Blondieau. En revanche, les réalisateurs français Frédéric Benudis et Charlotte ­Altschul se sont confrontés au refus de Læticia Hallyday et des enfants de Johnny (Laura Smet, David Hallyday, Jade et Joy). Paradoxalement, libéré de ce droit de regard du clan Hallyday, ce film représente peut-être le travail biographique le plus vrai sur Johnny, Johnny par Johnny mettant aussi en avant ses zones d’ombre (“Oui, il y a des périodes où je me dégoûtais. Non, je ne regrette rien”) et son passage à vide au début des années 80 avant qu’il ne croise la route de Michel Berger qui le remettra en selle avec “Rock ‘n’ Roll Attitude” en 1985. Dans des entretiens télévisés souvent oubliés, Johnny évoque sans tabou l’accident de voiture qui a failli coûter la vie à ­Sylvie Vartan, sa tentative de suicide dans les années 60, la drogue, son père, ses regrets artistiques (son fameux concert raté à Las Vegas), mais affiche aussi toute sa détermination. Et si le teaser de Johnny par Johnny fait dans l’emphase (“Nous connaissions la légende, mais ­connaissons-nous vraiment l’homme?”), le point de vue des réalisateurs est honnête car ceux-ci ne jugent pas et se contentent de raconter l’histoire par celui qui l’a vécue. Avec ses hauts et ses bas. Particulièrement émouvantes, les dernières minutes de l’ultime épisode ­montrent le chagrin des fans en décembre 2017. Interrogé quelques mois avant sa mort, Johnny avait dit: “Des obsèques nationales pour moi? Je n’y crois pas. Ils n’iront pas jusque-là”. Et pourtant. – L.L.

**** Netflix

La chronique des Bridgerton

Proposée en décembre 2020, la première saison avait très vite séduit, devenant la série la plus populaire de Netflix (625 millions d’heures visionnées au cours du premier mois). Bonne nouvelle: les huit épisodes qui constituent cette deuxième salve sont du même acabit. Après avoir exploré la vie de Daphné (désormais mariée avec le duc de ­Hastings, le remarquable René-Jean Page), on découvre la destinée d’Anthony, aîné de la fratrie Bridgerton et à la recherche de l’épouse parfaite. Il jette son dévolu sur Edwina, issue d’une famille indienne, mais doit faire face à l’aversion de sa grande sœur, Kate. Le récit reste fidèle à la trame générale des romans de Julia Quinn mais ose prendre quelques libertés, pour offrir une histoire efficace et diablement attirante, emmenée par un casting multiculturel, une des marques de fabrique de la série. Une réussite. – V.V.

*** Netflix

Moon Knight

Après quelques mois d’absence, les studios Marvel sont déjà de retour avec Moon Knight. Ce mercenaire aux multiples ­personnalités devient un justicier grâce à des pouvoirs légués par une divinité égyptienne. Une nouvelle histoire sombre et pleine de mystères qui sera portée par un casting de haute qualité emmené par Oscar Isaac, accompagné de quelques acteurs qu’on n’imaginait pas dans une adaptation de comics, comme Ethan Hawke et Gaspard Ulliel dans un de ses derniers rôles. On y retrouve aussi May Calamawy, révélation de l’excellente série Ramy, dans le rôle de Layla El-Faouly, un personnage d’origine égyptienne qui a immédiatement séduit la jeune actrice. “Je venais de regarder tous les films Marvel chronologiquement quand on m’a proposé l’audition. J’ai sauté dessus, raconte-t-elle. J’adore le travail du réalisateur Mohamed Diab et d’Oscar Isaac. J’aurais accepté n’importe quel rôle pour Marvel, mais en plus avec ce casting et les thèmes explorés, je sentais que ça serait quelque chose de spécial.

Avec seulement quelques films et séries à son actif, May Calamawy s’est donc retrouvée catapultée face à d’immenses stars dans un projet à l’aura planétaire. Elle s’est d’ores et déjà dite partante pour rempiler dans l’univers Marvel si on le lui proposait, et pourquoi pas avec Mahershala Ali, avec qui elle a joué dans la saison 2 de Ramy, puisqu’il interprétera bientôt Blade, le ­chasseur de vampires. – B.M.

*** Disney+

Halo

Cela devrait être une des séries événements de cette année. Halo, blockbuster vidéo ludique de la Xbox, vendu à plus de 80 millions d’exemplaires depuis la sortie du premier volet, est enfin adapté à l’écran. Cela fait plus de quinze ans que Hollywood voulait s’en emparer. Le jeu a failli être un film, auquel Peter Jackson a été longtemps attaché. Mais finalement, plus de huit ans après le début du développement, c’est Amblin, la société de production de Steven Spielberg, qui a réussi à lui donner vie.

Comme le jeu, l’histoire suit l’affrontement entre des super-soldats humains lourdement protégés et armés, les Spartans, emmenés par leur énigmatique leader Master Chief, face à une race d’envahisseurs aliens, les Covenants. Si vous n’êtes pas un gamer assidu, pas d’inquiétude. Plutôt que de raconter ce qu’il s’est passé entre les jeux, les épisodes s’en inspirent mais ont leur propre histoire et continuité. Une façon de ne pas attirer que les fans de la franchise, ce qui sera probablement le grand challenge de la série. Mais son diffuseur, Paramount+, y croit. La saison 2 est déjà commandée. – B.M.

** Be à la demande

Sur le même sujet
Plus d'actualité