Johnny par Johnny: que vaut la série documentaire Netflix sur Johnny Hallyday?

Carton assuré sur Netflix pour Johnny par Johnny, documentaire en cinq épisodes qui sort ce mardi, où le Taulier est le narrateur de sa propre histoire. Rock, amours, succès, excès… Tout y passe et c’est exceptionnel.

Johnny Hallyday
Johnny Hallyday au cœur d’une série documentaire sur Netflix. © BelgaImage

Je n’ai pas peur de la mort”, témoigne Johnny Hallyday dans la nouvelle série documentaire événement, en ligne à partir de ce mardi 29 sur Netflix. En trois heures et vingt minutes, soit cinq épisodes de quarante minutes, le chanteur ­disparu le 5 décembre 2017 à l’âge de 74 ans est le narrateur de sa propre histoire. Johnny par Johnny se nourrit en effet de centaines d’heures d’archives fournies par l’Institut national de l’audiovisuel français (interviews, concerts, reportages) et par Universal Music qui a sorti la plupart des albums du Taulier. “Je suis assez menteur, j’ai besoin de croire à mes mensonges pour arriver à me faire rêver.  Le seul endroit où je suis sincère avec moi-même, c’est lorsque je suis sur scène.” Tout est dit ici. Sans filtre et sans tabou.

On retrouve aussi quelques témoignages: sa marraine Line Renaud, le photographe des années Salut les copains Jean-Marie Périer, l’auteur Philippe Labro qui lui a écrit une trentaine de chansons ou encore ses “ex” Nathalie Baye et Adeline Blondieau. En revanche, les réalisateurs français Frédéric Benudis et Charlotte ­Altschul se sont confrontés au refus de Læticia Hallyday et des enfants de Johnny (Laura Smet, David Hallyday, Jade et Joy). Paradoxalement, libéré de ce droit de regard du clan Hallyday, ce film représente peut-être le travail biographique le plus vrai sur Johnny, Johnny par Johnny mettant aussi en avant ses zones d’ombre (“Oui, il y a des périodes où je me dégoûtais. Non, je ne regrette rien”) et son passage à vide au début des années 80 avant qu’il ne croise la route de Michel Berger qui le remettra en selle avec “Rock ‘n’ Roll Attitude” en 1985. Dans des entretiens télévisés souvent oubliés, Johnny évoque sans tabou l’accident de voiture qui a failli coûter la vie à ­Sylvie Vartan, sa tentative de suicide dans les années 60, la drogue, son père, ses regrets artistiques (son fameux concert raté à Las Vegas), mais affiche aussi toute sa détermination. Et si le teaser de Johnny par Johnny fait dans l’emphase (“Nous connaissions la légende, mais ­connaissons-nous vraiment l’homme?”), le point de vue des réalisateurs est honnête car ceux-ci ne jugent pas et se contentent de raconter l’histoire par celui qui l’a vécue. Avec ses hauts et ses bas. Particulièrement émouvantes, les dernières minutes de l’ultime épisode ­montrent le chagrin des fans en décembre 2017. Interrogé quelques mois avant sa mort, Johnny avait dit: “Des obsèques nationales pour moi? Je n’y crois pas. Ils n’iront pas jusque-là”. Et pourtant.

*** Netflix à partir du 29 mars

Sur le même sujet
Plus d'actualité