Le meilleur du streaming à rattraper ce week-end

Vous cherchez des idées de films, de séries, de podcast ou de docus à découvrir ou à rattraper? Allez, suivez le guide.

ne t'éloigne pas sur netflix
© Netflix

Passing

C’est parce qu’elle a appris tardivement que son grand-père afro-américain se faisait “passer” pour blanc (d’où le titre) dans l’Amérique de la ségrégation que la Britannique Rebecca Hall (révélée comme actrice dans Vicky Cristina Barcelona de Woody Allen) a voulu adapter le roman Passing de Nella Larsen, paru en 1929. Succès littéraire du mouvement Harlem Renaissance qui voit l’épanouissement de la culture noire à New York dans l’entre-deux-guerres, le roman suit les destins croisés de deux amies d’enfance afro-américaines à la peau claire: Rene (charismatique Tessa Thompson) qui mène une vie discrète et élève ses fils à Harlem avec son mari Brian (séduisant André Holland) tout en s’occupant d’associations noires; et Clare (Ruth Negga, nominée aux Golden Globes pour le rôle) qui vit à Chicago avec un mari raciste et se fait passer pour blanche. Alors que la crainte des ­lynchages plane, l’attirance mutuelle des deux femmes se mêle à des douleurs plus enfouies, et va pousser Rene dans ses retranchements.

Dans un noir et blanc cristallin, Rebecca Hall décrypte ce drame féminin avec une élégance rare. On y découvre le feu des soirées de Harlem où émerge une bourgeoisie noire et émancipée, mais non défaite d’une certaine douleur. Car l’histoire de Clare et Rene est aussi l’histoire douloureuse de la construction sociale du racisme aux États-Unis. “Les films en noir et blanc font ressortir les catégorisations mais aussi leur absurdité. Mon film parle des nuances, des zones grises et cherche une certaine vérité à travers la poésie”, confie la cinéaste. Pari réussi. – J.G.

Netflix

Stay Close

Tout va bien dans le meilleur des mondes. Megan danse dans sa cuisine, aux côtés de ses deux filles, son fils et son mari. La mère de famille a le sourire, elle est heureuse et ­épanouie dans sa vie. En parallèle, Lorraine gère tranquillement son club de soirée, Ray capitalise sur ses talents de photographe auprès de potentielles futures célébrités tandis que Broome mène sa carrière de capitaine de police. Chacun vit de son côté. Personne ne pense encore possible que son destin se lie à nouveau intimement à celui des autres. Et pourtant… En quelques jours, tout bascule. ­Lorraine resurgit d’abord dans la vie de Megan, à l’occasion d’un simple match de tennis de sa fille. Dans la foulée, c’est Ray qui fait son apparition. De son côté, Broome, qui n’a jamais réellement pu digérer l’échec d’une enquête sur une disparition à la sortie d’un club 17 ans plus tôt, se retrouve face à une affaire ­mystérieusement semblable, quasi identique. Cela n’augure rien de bon pour les trois autres et, quelques photos anonymes plus tard, voilà les quatre protagonistes replongés dans un passé sombre qu’ils pensaient avoir mis de côté, mais qu’ils vont devoir gérer, sous peine de laisser filer un véritable serial killer.

Porté par un casting de qualité – Sarah Parish (Lorraine), Cush Jumbo (Megan), Richard Armitage (Ray), James Nesbitt (Broome) et même l’humoriste Eddie Izzard – Ne t’éloigne pas est une nouvelle ­adaptation d’un roman de Harlan Coben, la cinquième du nom et la troisième en 2021 après Innocent et Disparu à jamais. Cette série en six épi­­sodes est l’œuvre des réalisateurs d’Intimidation qui raconte comment la vie idyllique d’Adam Price part complètement en sucette lorsqu’il découvre l’incroyable secret de son épouse. Autant dire tout de suite que Ne t’éloigne pas est blindé en termes de suspense et d’émotions. – E.H.

Netflix

Encanto

Depuis trois générations, la famille Madrigal est garante du bonheur de la petite cité d’Encanto, nichée au cœur des montagnes de Colombie, grâce aux pouvoirs magiques de tous ses membres. Tous, sauf Maribel qui ne sait pas comment rendre sa tribu fière d’elle. Mais une menace pèse sur les Madrigal et Encanto, une menace dont l’oncle Bruno les avait avertis, avant de mystérieusement disparaître. La petite Maribel, n’écoutant que son courage, va tenter de suivre les traces de son oncle pour sauver les siens de la menace.

Il y a quelques années, une jeune Anglaise s’était plainte au boss de Disney qu’aucune de ses héroïnes ne portait de lunettes! Si Maribel répare cet “oubli”, ce n’est pas un hasard: dans Encanto, elle est la seule à voir clairement ce qui cloche dans sa famille. Certes, cette nouvelle production Disney met en avant toute la féerie dont elle est capable, mais le vrai sujet du film est à chercher du côté d’une sorte de réjouissante thérapie familiale dans laquelle les femmes jouent un rôle central et qui est ponctuée par des ­numéros musicaux bluffants. Une réussite! – E.R.

Disney+

#AmINormal

Est-ce normal de ne pas faire l’amour pendant six mois? Est-ce normal de rentrer dans une pièce et de ne plus savoir ce que l’on vient y faire? Est-ce normal d’avoir des accès de gloutonnerie? Et de garder des objets par incapacité de les jeter? Ces questions n’ont probablement pas de réponses, mais la réalisatrice israélienne Mika Orr se les pose quand elle découvre qu’elle “souffre” de troubles mentaux recensés dans une récente édition du Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (ou DSM). Dans cette série de huit épisodes de douze minutes, Orr aborde différentes thématiques du quotidien avec des anonymes et des experts en ­psychiatrie. L’objectif? Comprendre pourquoi certains comportements – ­parfois partagés par la majorité – sont considérés comme anormaux. Au ­programme: le sexe, la nourriture, le sommeil, la timidité. Une série ­touchante, instructive et drôle. – E.H.

Arte

Sur le même sujet
Plus d'actualité