Vikings Valhalla: les guerriers nordiques font leur retour

Citée parmi les séries les plus attendues de l’année, Vikings: Valhalla – disponible sur Netflix le 25 février - est une réussite.

Vikings Valhalla
© Netflix

Le pari était risqué: proposer une suite à l’emblématique Vikings n’était pas sans risque. La série mettant en scène Ragnar, Rollo, Bjorn, Lagherta et les autres s’était arrêtée l’an dernier au terme d’une impeccable sixième saison, laissant de nombreux fans orphelins. Le nouveau showrunner, Jeb Stuart (Die Hard, Le Fugitif) a pourtant réussi haut la main.

Epaulé par Michael Hirst, l’homme à l’origine de Vikings, le showrunner a intelligemment fait le choix de proposer son histoire cent ans après les événements relatés précédemment. Nous sommes donc au 11e siècle. Depuis les batailles et les conquêtes menées par Ragnar et ses descendants, le temps semble à la paix. Une partie du peuple viking s’est installée dans les campagnes anglaises et s’y sent comme à la maison. Jusqu’à ce que le Roi d’Angleterre ordonne de massacrer tous ces étrangers. Une trahison à laquelle les Vikings de Norvège et de Suède se promettent d’offrir une réaction à la hauteur. Tous convergent vers Kattegat, centre du peuple nordique. Là, faisant fi des tensions entre chrétiens et païens, les chefs s’accordent: l’Angleterre doit payer. Et la réponse sera sanglante.

Constituée de huit épisodes, cette première saison de Vikings Valhallah se concentre sur ce raid de vengeance et ses nombreuses conséquences. Elle permet surtout de découvrir plusieurs personnages complexes, comme Leig Erikson (Sam Corlett), Freydis (Frida Gustavsson) et Harald Sigurdsson (Leo Suter), tous inspirés de figures historiques. Comme dans Vikings, les relations de pouvoir et les buts personnels de chacun vont influencer le cours de l’histoire. Une histoire qui se développera sur plusieurs saisons, Jeb Stuart ayant confirmé que la deuxième était en cours de post-production.

**** Netflix

Sur le même sujet
Plus d'actualité