Dear White People donne de la voix pour la saison finale

La série satirique de Netflix Dear White People tire sa révérence avec sa saison 4. Retour sur cette success story du petit écran.  

Dear White People

« Dear White People… »  Pas de doute, ce sera la dernière fois qu’on entendra cette introduction lors de l’émission radio de Samantha White (Logan Browning), une étudiante militante. Sam y dénonce les comportements racistes et défend la cause des étudiants afro-américains sur le campus. Avec cette dernière saison, les étudiants de Winchester, une université prestigieuse (et fictive) à prédominance blanche, reviennent sur le devant de la scène…dans une comédie musicale ! C’est l’occasion pour eux de se remémorer leur senior year (dernière année à l’université) sur le thème des années 90 avec The Varsity Show.

Black Lives Matter à l’écran

Le mouvement Black Lives Matter (La vie des Noirs importe), originaire des États-Unis s’est aussi implanté partout dans le monde. En montrant le quotidien des étudiants noirs, la série fait écho à ce mouvement. Sortie en 2017, cette comédie satirique prend à bras le corps des sujets de société du 21e siècle. Les discriminations comme le racisme ou encore les injustices envers la communauté noire sont au cœur de l’intrigue, mêlant l’humour et le sérieux.

Chaque épisode se penche sur l’histoire d’un personnage spécifique d’un groupe d’amis et suit son évolution au fil des saisons. Les jeunes femmes noires occupent une place centrale à l’écran, non pas pour leurs histoires de cœur, mais pour leur engagement militant à l’égard de leur communauté ou encore les difficultés à être soi-même quand on appartient à une minorité. C’est le cas de Coco, un personnage complexe et attachant, joué par Antoinette Robertson. On y évoque aussi les pratiques de la police à l’égard des Noirs.

Série inspirée du film satirique

Justin Simien, le créateur de la série était déjà aux commandes d’un film du même nom, sorti en 2014. L’histoire revient sur le parcours de quatre étudiants afro-américains dans l’une des universités les plus huppées des États-Unis. Le scandale : une fête organisée par des étudiants blancs avec du blackface. Là, c’est la goutte de trop. Présenté en compétition au festival du film de Sundance la même année, le film a été très bien accueilli par la critique et le public, en remportant entre autres le prix spécial du jury américain du meilleur espoir.

Le réalisateur n’hésite pas à casser les stéréotypes sur la communauté noire et à mettre le doigt là où ça fait mal. Certains acteurs du film ont d’ailleurs repris leur rôle dans la série comme Troy Fairbanks (Brandon P Bell), qui joue un élève populaire, président du corps étudiant.

Reste à savoir si la transformation de la série en une comédie musicale prendra la sauce auprès des fans. Le géant du streaming a déjà tenté l’expérience avec d’autres séries de son répertoire (Riverdale…) sans grand succès. Quoi qu’il en soit, c’est la série à voir et à revoir tant les thèmes restent intemporels et importants. On rit, on réfléchit et on se révolte !

Plus d'actualité