Caviar connection: scandales au sommet

Une enquête édifiante révèle les dérives mafieuses de dictateurs de l'Est en quête d'image pieuse.

Caviar connection: scandales au sommet

Diffusion le 23 septembre à 22h15 sur La Une

Journaliste d’investigation, Khadija Ismayiola fut l’une des premières à dénoncer la corruption qui rongeait son pays, l’Azerbaïdjan, jusqu’au sommet du pouvoir. Elle a même passé dix-sept mois derrière les barreaux pour avoir énoncé tout haut ce que beaucoup murmuraient depuis longtemps. À savoir que le président Ilham Aliyev et son clan sont devenus des spécialistes du détournement des ressources de leur propre nation, mais passent néanmoins leur temps à embellir leur image à coups d’organisations d’événements clinquants, genre finale d’Europa League, Eurovision, Jeux européens, etc. Pour s’enrichir sans salir leur vitrine, ils invitent des superstars nommées Lady Gaga ou Jennifer Lopez, tandis qu’ils offrent de splendides cadeaux aux politiciens occidentaux qui passent leur faire un petit coucou.

Cette “diplomatie du caviar” est au centre d’un copieux documentaire relayé par Doc Shot, où l’on découvre les méthodes peu glorieuses de ces anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale et du pourtour de la mer Caspienne. Il va sans dire que les journalistes osant s’aventurer sur ce terrain-là ont été nombreux à passer par la case cachot. De l’Azerbaïdjan au Kazakhstan, en passant par le Turkménistan, les droits de l’homme sont balayés d’un revers de la main par des dirigeants qui semblent connaître leurs classiques en matière de gestion mafieuse. On vous laisse constater le bilan de cette répression incessante. Mais aussi la dénonciation des scandales et les combats salvateurs ayant fini par mener à l’exclusion à vie de quelque quatorze membres du Conseil de l’Europe… n’en déplaise à ceux qui ont longtemps regardé nos démocraties vaciller, en acceptant volontiers les paquets d’offrandes contenant tous un soyeux petit bandeau à se mettre devant les yeux.

Sur le même sujet
Plus d'actualité