Soirée spéciale Liaisons Dangereuses

Arte désosse au scalpel l’anatomie d’un monstre séduisant: le roman sulfureux qui a inspiré le cinéma pour devenir les visages de Glenn Close et John Malkovich.

Soirée spéciale Liaisons Dangereuses

Diffusion le 22 septembre à 20h50 sur Arte

Les liaisons dangereuses, c’est d’abord un roman épistolaire de 175 lettres de Choderlos de Laclos. Un livre qui semble innocent aujourd’hui, puisque d’une époque lointaine (il a été publié en 1782), et que l’on considérerait malgré son titre pourtant évocateur comme un amusant objet d’étude pour ses robes à frou-frou et son petit manuel d’une aristocratie singée dans ses apparences et ses rapports codifiés, rigides et “prout ma chère”. Un livre au fond presque anodin. Détrompez-vous.

Car à l’observer en effet de plus près, comme s’y emploie le documentaire Les liaisons scandaleuses, qui détricote passionnément l’œuvre jusqu’à l’os, on comprend beaucoup mieux pourquoi le roman de Laclos a été interdit et accusé de “pervertir les jeunes filles” par ses nombreuses allusions sexuelles et sa collection d’immoralités, propres à débaucher les esprits “purs”, et comment, d’abord lu sous le manteau, il allait inspirer la littérature, mais surtout former un terreau de relations complexes et ambiguës idéal pour le cinéma.

Revenons donc à Valmont et à la marquise de Merteuil. On y a toujours vu les deux faces de la même pièce perfide. Des duettistes du mal. La manière dont ils jouent avec le cœur de la pauvre Cécile de Volanges dans un jeu croisé de manipulation, de séduction et de perversité en est la plus remarquable et cruelle des preuves. C’est en tout cas la manière dont le cinéma a mis en scène la relation du couple cynique, devant la caméra de Stephen Frears, adaptant fidèlement le sulfureux roman de Laclos, avec dans les rôles du vicomte de Valmont et de la terrifiante Merteuil, le couple inoubliable formé par l’extraordinaire Glenn Close et John Malkovich, étrange figure abritant ensemble l’ange et le démon.

Au-delà du portrait d’un couple toxique, cette version (l’une des multiples adaptations ciné aux côtés de celles de Forman ou Vadim), éclairée d’un jour nouveau par la romancière Cécile Guibert et les professeurs de littérature Michel Delon et Catriona Seth, prend la dimension plus universelle d’un monde pourri par le pouvoir et les inégalités sociales, décor étouffant de la lutte des femmes, prêt à imploser. Encore plus mythique

Sur le même sujet
Plus d'actualité