Le Jeu de la Dame: une légende des échecs réclame des millions à Netflix pour sexisme

La Géorgienne Nona Gaprindachvili réclame cinq millions de dollars à Netflix, l'accusant d'avoir décrit sa carrière de manière "sexiste et dénigrante" dans sa série à succès.

Le Jeu de la Dame: une légende des échecs réclame des millions à Netflix pour sexisme
Credit: Netflix / The Hollywood Archive / Agefotostock

 

La légende des échecs soviétiques, la Géorgienne Nona Gaprindachvili, réclame cinq millions de dollars à Netflix, l’accusant d’avoir décrit sa carrière de manière « sexiste et dénigrante » dans sa série à succès « Le jeu de la dame ».

« Netflix a menti effrontément et délibérément sur les succès de Gaprindachvili« , lit-on dans une copie de la plainte obtenue par l’AFP.

Dans la série, diffusée par la plateforme basée en Californie, un personnage affirme que la championne géorgienne « n’a jamais affronté d’hommes » en compétition.

Cette allégation « est manifestement fausse, ainsi que grossièrement sexiste et dénigrante« , est-il précisé dans cette plainte enregistrée jeudi dans un tribunal californien, aux Etats-Unis.

La plainte de Mme Gaprindachvili rappelle que cette dernière, aujourd’hui âgée de 80 ans, a affronté des dizaines de joueurs masculins de premier plan et en a battu 28 au cours de sa carrière.

« Ajoutant l’insulte à l’outrage, Netflix décrit Gaprindachvili comme étant russe, alors qu’ils savent qu’elle est géorgienne et que les Géorgiens ont souffert de la domination russe lorsqu’ils faisaient partie de l’Union soviétique« , ajoute la défense de la championne.

Dans un communiqué, Netflix a pour sa part indiqué avoir « le plus grand respect pour Mme Gaprindachvili et son illustre carrière« , mais estimé que « cette plainte n’a aucun fondement« . La plateforme a ajouté qu’elle se défendrait « vigoureusement« .

Née en 1941 à Zougdidi, dans l’ouest de la Géorgie, Nona Gaprindachvili joue aux échecs depuis ses 13 ans. En 1977, elle est devenue la première femme grand maître d’échecs de l’histoire.

Elle a remporté le championnat du monde féminin à 20 ans et a défendu son titre avec succès à quatre reprises, avant de perdre sa couronne en 1978 face à une autre Géorgienne de 17 ans, Maïa Chibourdanidze.

Sur le même sujet
Plus d'actualité