L’année de Camille Lou

L’héroïne de la série française J’ai menti, qui se termine ce soir, est omniprésente sur le petit écran.

J'ai menti @Prod
Diffusion le dimanche 29 à 20h55 sur La Une

Après deux rôles marquants dans Le Bazar de la charité et Je te promets, sur TF1, l’actrice de 29 ans révélée par la comédie musicale 1789, les amants de la Bastille, en 2011, incarne ici une avocate.

Vous avez qualifié cette fiction de spéciale. Pourquoi?

CAMILLE LOU – A mes yeux, c’est un polar différent de pas mal d’autres, parce qu’il se passe sur deux époques, avec une même personne. On y suit l’histoire d’une jeune fille qui s’est retrouvée au mauvais moment au mauvais endroit. On comprend petit à petit le sens du titre de la série, J’ai menti, et les raisons des remords d’Audrey… Puis, c’est ultra-intense et fort en message, entre autres sur la manipulation.

“Fort en message”, c’est-à-dire?

C.L. – Je pense surtout à cette insouciance qu’on rencontre trop souvent chez beaucoup de jeunes ou d’adolescents. Ils consomment parfois des substances sans vraiment bien en mesurer les conséquences. Ce sont des proies faciles pour les manipulateurs. J’ai eu moi-même une éducation assez stricte, qui m’a peut-être permis d’éviter tout cela.

On vous verra bientôt dans la fiction Invulnérable sur M6, dans la suite de Je te promets sur TF1, qui vient de vous engager pour Les combattantes, une autre nouvelle série. La période semble intense, non?

C.L. – C’est le mot! (Rire.) On peut ajouter Pourris gâtés au cinéma qui sortira à la rentrée, une comédie où je donne la réplique à Gérard Jugnot. Dans l’absolu, je suis pourtant partisane de faire moins de choses, mais de les faire bien. On ne peut pas éternellement être concentré en faisant cinq projets différents à la fois. Cela peut sembler beaucoup, mais j’en profite tout de même en touchant du bois, car je suis en train de réaliser mon rêve, tout simplement…

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité