Le Petit Prince à Villers-la-Ville

Un hymne à la fraternité et à l’amour au cœur de l’Abbaye de Villers-la-Ville.

Le Petit Prince @prod
Diffusion le 16 août à 22h10 sur La Trois

Tout le monde connaît l’œuvre de Saint-Exupéry et nombreux sont ceux à avoir lu Le Petit Prince. Ce conte philosophique pour enfants, qui n’a pas pris une ride depuis sa parution en 1943, a souvent été adapté au théâtre. Durant le mois d’août, c’est l’Abbaye de Villers-la-Ville qui s’en empare. Patrick de Longrée, coproducteur et scénographe, a été contraint pour la deuxième année consécutive de reporter Lucrèce Borgia de Victor Hugo, une superproduction qui s’annonce des plus réjouissantes. Qu’à cela ne tienne, le 35e spectacle de l’été à Villers est un choix judicieux. En sortant des sentiers battus (les éternels classiques, tragédies ou pièces de cape et d’épée), Patrick de Longrée propose ici un spectacle familial riche et poétique où les thèmes liés à l’enfance et au sens de l’existence prennent toute leur place dans le contexte actuel.

Le récit adapté pour la scène par Alexis Goslain est porté par les deux personnages principaux: l’Aviateur et le Petit Prince, interprétés respectivement par Damien De Dobbeleer et François Heuse (dont c’est le premier rôle-titre à Villers-la-Ville). Les jeunes hommes portent l’histoire avec sincérité, justesse et sans aucune mièvrerie. La création théâtrale s’adapte à la technologie mais aussi aux contraintes sanitaires. En racontant son périple à l’Aviateur, Le Petit Prince (devenu le narrateur principal) évoque ses diverses rencontres avec des personnages croisés sur les planètes qu’il a visitées. La Rose, Le Businessman, le Buveur ou l’Allumeur de réverbères apparaissent alors sur un écran géant pour converser avec notre héros.

Le spectacle (qui ne dure que 80 minutes) comporte un seul décor (on oublie les gros effets) et est prévu pour être joué devant 400 spectateurs placés dans les normes de distanciation sociale. Une jauge limitée, des conditions toujours loin d’être conviviales et une météo parfois capricieuse. Il n’en fallait pas moins à la RTBF pour permettre à ceux qui n’ont pas eu la chance de profiter d’une soirée à Villers-la-Ville de se rattraper avec la captation de cette pièce intimiste et féerique.

Sur le même sujet
Plus d'actualité