De Harem à Bob Dylan: le meilleur du streaming à rattraper ce week-end

Vous cherchez des idées de films, de séries, de podcast ou de docus à découvrir ou à rattraper? Allez, suivez le guide.

@ Adobe

@D.R.Be à la demande

Harem

Cette minisérie israélienne montre une fois de plus tout le talent des scénaristes de Tel-Aviv pour la création de personnages complexes et la peinture de situations originales, échappant aux codes habituels du genre. Le premier épisode de Harem démarre en douceur, sur un plan-séquence lumineux se baladant dans un immeuble fourmillant d’enfants et de femmes. Cette vaste demeure abrite une secte. Ses habitantes sont sous l’emprise d’un gourou aussi bienveillant en apparence que manipulateur derrière le masque, Shebtai Zadik (l’horrifiant Alon Aboutboul, vu dans The Dark Knight Rises). L’une d’entre elles reprend contact avec sa famille, deux ans après avoir coupé les ponts. Pas pour s’échapper. Pour recruter sa plus jeune sœur. Commencent alors le travail de persuasion, la remise en question des parents, mais aussi la plongée dans une communauté sous tension. Un récit fort inspiré d’une véritable histoire. – H.D.

@D.R.
Netflix

En cuisine avec Paris Hilton

Il y a un an, la socialite culte de sa génération a posté une vidéo de 15 minutes, dans laquelle elle tentait – laborieusement – de préparer des lasagnes, son chien de poche, le bien nommé Diamond Baby, à la main. Intérêt? Zéro. Résultat? 5 millions de vues. Conséquence? Netflix flaire le filon et enrôle l’ancienne comparse de Nicole Richie pour un projet improbable mais buzz. Cooking With Paris affiche sa volonté éducative: il s’agit d’initier l’héritière à de nouveaux aliments, de lui apprendre à manier des ustensiles, de l’aider, via ses amis célèbres, à s’améliorer. Vilains hypocrites. En réalité, il s’agit, forcément, de s’offrir sa part de rigolade face à cette demoiselle qui joue avec toujours autant de talent les ravissantes idiotes. – H.D.

@D.R.Netflix

Naomi Osaka

Elle n’a que 23 ans et semble avoir déjà vécu plusieurs vies. La joueuse de tennis japonaise Naomi Osaka est à l’image de ce qu’elle a vécu en l’espace de deux mois à peine: immense et petite à la fois. Le 31 mai dernier, elle quittait la tête basse le tournoi de Roland-Garros “pour préserver sa santé mentale”. En réalité, les instances du tournoi français ne lui ont pas laissé le choix, la joueuse refusant de se plier au jeu des conférences de presse. Son forfait a fait couler beaucoup d’encre et les réseaux sociaux se sont déchaînés sur elle avec une haine démentielle. Mais à peine quelques semaines plus tard, Naomi scintille à nouveau au firmament des stars: le 23 juillet, elle est choisie pour allumer la flamme olympique lors de la cérémonie d’ouverture des J.O. 2020, à Tokyo, dans son pays. Tout cela valait bien un docusérie sur Netflix. Au cours des trois épisodes, ce docu-série nous fait toucher du doigt comme jamais l’intimité de la timide Osaka qui profite de sa notoriété pour défendre de nobles causes. – T.V.W.

@D.R.
Auvio

Very Good Trip: Bob Dylan

Cet été, Michka Assayas consacre un long format à Bob Dylan, le poète Prix Nobel de littérature. Même les plus agacés par le timbre particulier de l’artiste resteront accrochés à ce récit en neuf épisodes, qui mixe morceaux de bravoure commentés, biographie et analyse. On ne comprendra pas toutes les paroles, c’est peine perdue et c’est certainement tant mieux. Mais on découvrira un monument, un révolutionnaire, un phare dans l’histoire musicale contemporaine, une source inépuisable d’inspiration. Si le podcast respecte la temporalité des événements et passe des débuts contestataires à la reconnaissance inattendue en passant par les drogues, le blues, l’arrivée à New York, l’enfance inventée, il laisse aussi le temps au public pour s’immerger dans les chansons. – H.D.

Sur le même sujet
Plus d'actualité