De Comment je suis devenu un super-héros à Akira: le meilleur du streaming à rattraper ce week-end

Vous cherchez des idées de films, de séries, de podcast ou de docus à découvrir ou à rattraper? Allez, suivez le guide.

@ Adobe

@D.R.Netflix

Comment je suis devenu un super-héros

Dans un Paris dystopique où humains et super-héros cohabitent, le film suit un duo d’enquêteurs (Pio Marmaï et Vimala Pons) chargé de démanteler un réseau de trafic de super-pouvoirs (des euphorisants lumineux à sniffer, qui donnent le pouvoir du feu, de l’apesanteur ou de l’ubiquité).  Face à un super-méchant accro aux super-pouvoirs (Swann Arlaud), on découvre un trio de justiciers tout public: Leïla Bekhti tatouée et ­cheveux bleus s’occupant de ­jeunes en réinsertion et lisant l’avenir dans les yeux; Benoît Poelvoorde en robe de chambre (et pour une fois modéré) ou Clovis Cornillac en Gigaman masqué de cuir. Malgré certaines baisses de rythme, le film parvient à recréer un univers proche des comics ou d’Enki Bilal, mâtiné de film noir à la française, où le trafic de super-pouvoirs est métaphorique du ­trafic de drogue. – J.G.

@D.R.Arte TV 

Ah ça lira

Le journal d’Anne Frank, Le Portrait de Dorian Grey, L’Ecume des Jours, Le joueur d’échecs… La collection de vidéos Ah ça lira s’attaque à ces effrayants classiques au programme censés faire partie de la fameuse ”culture générale”. Ce qu’elle nous rappelle, c’est que ces pensums sont aussi des romans merveilleux, maltraités par la lecture obligatoire. Comment les rendre sexys? En mettant le nez dedans, en les lisant, sans avoir peur de passer des pages, car le lecteur a tous les droits. La série – malin– a choisi de les mettre entre les mains des principaux intéressés: les ados. Le résumé donné n’est pas académique. Il rassure.  La suite des séquences montre des adultes (Thomas Fersen, Riad Sattouf…) répondre aux Droits des Lecteurs de Daniel Pennac. Puis les confronte au processus de création, à travers une histoire écrite en live. De quoi donner envie de s’y mettre. – H.D.

@D.R.
Netflix 

Le parcours des tyrans

Comment le peuple allemand s’est-il résolu à adhérer aux idées d’Adolf Hitler ? Comment Saddam Hussein est-il resté au pouvoir pendant vingt-quatre ans? De nos jours, on a du mal à comprendre comment des foules ont pu accepter et idolâtrer ces hommes avides de pouvoir et de reconnaissance. Pourtant, tout a un sens. Si ces tyrans sont arrivés aussi loin, c’est avant tout dû au contexte social de la période.  Beaucoup de ces idéologies totalitaires sont nées du chaos provoqué par les guerres. Les populations étaient en attente de personnes fortes pour les rassurer et rétablir l’ordre dans le pays. Ces hommes “providentiels“  leur ont donné l’illusion d’être là pour elles.  Toutes les raisons qui ont conduit à déposer le destin des peuples dans les mains de dirigeants mal intentionnés sont détaillées dans la série documentaire très attendu Le Parcours des Tyrans, disponible sur Netflix. Racontée par Peter Dinklage, la première saison évoque six des dictateurs les plus connus de l’Histoire: Adolf Hitler, Saddam Hussein, Idi Amin Dada, Joseph Staline, Mouammar Kadhafi ainsi que la dynastie Kim.  – A.F. 

@D.R.Amazon Prime Vidéo 

Akira

Akira, même si vous ne l’avez pas (encore) vu, vous allez en reconnaître les images et l’univers. La moto rouge de Kaneda est devenue emblème (on la retrouve dans le Ready Player One de Spielberg). Sa Néo-Tokyo déglinguée, dévastée trente ans avant l’histoire par une troisième guerre mondiale, a infusé tout le cyberpunk (et même Rick et Morty). L’essentiel n’est pourtant pas là. Le film, animé à la main quasi sans assistance informatique (160.000 dessins, des séquences à quasi 24 images/seconde, rares dans les anime) vous prend aux tripes dès son grand blanc d’ouverture. Son histoire de révolte, d’amitié désespérée, de machines, de fuite et d’atomes reste incandescente. Un monument pas mort. – H.D.

Sur le même sujet
Plus d'actualité