Les voix magiques de la pop

De Sinatra à Billie Eilish, enquête sur les timbres vocaux des stars de la pop.

Voix magique pop Arte
Diffusion le 16 juillet à 22h35 sur Arte

 

Si aujourd’hui, il est possible de faire sonner la voix de Renaud comme celle de Pavarotti à l’aide de logiciels savants, la richesse de la musique tiendra toujours de l’émotion insufflée par son interprète. Voilà l’une des conclusions du documentaire inédit Les Plus Belles Voix de la Pop, décliné en deux épisodes qui sont diffusés durant la même soirée sur Arte.

Par quelle alchimie vocale les chanteurs et chanteuses pop se hissent-ils, décennie après décennie, au sommet du succès ? Si beaucoup d’entre eux, à l’image de Freddy Mercury ou d’Alicia Keys, déploient une puissance et une technique irréprochables, ces atouts ne s’avèrent pas toujours indispensables comme le rappelle ce docu. Bien que dépourvus d’une voix “académiquement” parfaite, des artistes comme Lou Reed ou Bob Dylan, se sont distingués par leur interprétation. Chez nous, on rappellera que Typh Barrow avait été exclue des classes féminines à l’académie de musique où ses profs de chant lui conseillaient d’autres disciplines. Finalement, elle a persévéré en s’inscrivant dans les cours masculins. De sa différence, elle a fait une force.

Ponctué d’interviews parfois très techniques de producteurs, de compositeurs et de musiciens, le premier volet de ce diptyque explore l’essence même de la voix pop, de la naissance du genre à son fabuleux essor, grâce notamment à la démocratisation apportée par le microphone, puis la diffusion médiatique de la musique. Le second volet s’intéresse aux technologiques (à commencer par le vocodeur ou l’autotune) qui permettent le traitement des voix. De Cher (son succès Believe en 1998) à Bowie, en passant par Daft Punk ou James Blake, ces logiciels ne servent pas seulement à corriger des lacunes. Ils permettent aussi d’explorer de nouveaux territoires et de créer un effet de surprise pour l’auditeur.

Plus d'actualité