De Monsters At Work à Terre de brume: le meilleur du streaming à rattraper ce week-end

Vous cherchez des idées de films, de séries, de podcast ou de docus à découvrir ou à rattraper? Allez, suivez le guide.

@ Adobe

@D.R.Disney+

Monsters At Work

Un feuilleton en dix épisodes tiré d’une histoire Pixar, c’est rare… Le studio n’a pas transigé sur la qualité, avec une animation 3D impeccable, le casting haut de gamme des films originaux et un storytelling bien foutu axé sur de nouveaux personnages attachants. Nous sommes ici dans la suite directe du premier film… Le happy end excepté. On se le rappelle, les aventures de nos deux héros s’achevaient sur la découverte que faire rire les enfants apportait bien plus d’énergie que de les terrifier. La compagnie se transformait en comedy show. Lorsque Monsters At Work
démarre, la situation semble plus problématique. L’entreprise aborde sa mutation dans la douleur et doit recycler ses pros de la peur. Bob et Sulli en assurent désormais la direction. Justement, un nouveau personnage arrive, Tylor Tuskmon (Ben Feldman). Fraîchement sorti de l’université, c’est le roi de l’effroi. Désormais, ses compétences sont inutiles. Il ”échoue” alors au bureau de Maintenance et y retrouve l’ancienne loseuse de l’école (Mindy Kaling, extra). – H.D.

@D.R.Amazon Prime video

Solos

Solos a réussi à convoquer des monstres sacrés comme Morgan Freeman et Helen Mirren, des jeunes au top de la A-List comme Anthony Mackie et Anne Hathaway, mais aussi des talents en pleine explosion comme Uzo Aduba. Pas de surprise, ces cadors nous offrent du jeu de haut niveau. Et sauvent clairement la série, qui sinon pourrait nous sembler un chouïa longuette ou moralisatrice. La fiction dramatique de David Weil tente en effet l’exercice de Black Mirror, en proposant des histoires d’anticipation dont le but ultra-déclaré est de faire réfléchir sur le présent (avec toutefois un côté aller-retour temporel beaucoup plus présent et une unité générale de l’ensemble). Là où l’anthologie Netflix alerte sur la technologie, Solos interroge davantage la nature humaine et notre rapport à la solitude. – H.D.

@D.R.

Arte.TV

Clan

Toujours plus séduite par les séries belges, la chaîne franco-allemande en vient même à produire avec notre pays, comme en ce moment avec Des gens bien et Lost luggage, dans les mains du tandem formé par Nathalie Basteyns et Kaat Beel, réalisatrices de ce Clan. Désignée à l’époque programme télévisé le plus populaire (et meileur drame) au nord du pays, cette série a même suscité l’attention du Royaume-Uni, en bénéficiant d’une diffusion sur Channel 4. Atypique voire loufoque, Clan s’articule en dix épisodes mêlant intrigues policières et humour grinçant, où quatre antihéroïnes, les soeur Goethals, tentent désespérément de planifier le meurtre d’un de leurs beaux-frères, Jean-Claude Delcorps, gracieusement surnommé La Couille. Un complot captivant et orchestré avec brio. – D.H.

@D.R.Auvio

Terre de brume

Bien qu’adapté des romans de Cindy Van Wilder, Terre de brume n’est pas un livre audio. Il s’agit d’un feuilleton sonore, porté par une vingtaine de comédiens et mis “en images” par la grâce de sa bande-son et de ses bruitages. Il y a un sacré bon boulot de réécriture et de création, qui permet une réelle immersion dans l’univers de l’autrice belge. Terre de brume nous emmène sur une planète qui ressemble à la nôtre… mais est couverte d’une brume toxique, sorte de déchet de magie que les magiciens ont par erreur (disent-ils) laissé se répandre. Les populations n’ont plus que le sommet des montagnes pour survivre. C’est dans ce joyeux climax que se rencontrent Hera (Maïlys Fiston), prêtresse de l’eau, et Intissar (Aloula Watel), soeur de feu. Elles vont partir à l’aventure… – H.D.
 

Sur le même sujet
Plus d'actualité