La série du jour: La meute

La disparition de la jeune militante Blanca inquiète, à l’heure où son collège est frappé par une affaire d’abus sexuels.

La meute Arte
Diffusion le 24 juin à 20h55 sur Arte

Au milieu du hangar, les palettes et autres pièces d’échafaudage entreposées forment un labyrinthe que les caméras de surveillance ne peuvent pas couvrir en totalité. La lampe de poche à la main, l’inspectrice Olivia Fernández inspecte donc ces angles morts en compagnie de sa collègue Carla Farías. Ce matin, on leur a signalé une entrée par effraction, captée par les caméras. Sur les cinq individus concernés, seuls quatre sont ressortis. À la vision de la vidéo, la cagoule de l’une des cinq personnes ne peut cacher ses longs cheveux: cette jeune fille semble emmenée de force par les autres. Olivia fait le tour des lieux, fouille et finit par trouver un pull immaculé de sperme.

Une découverte macabre et peu rassurante, à l’heure où une partie des élèves féminines d’un collège proche manifeste – avec des cagoules – contre le soutien apporté par la direction à un professeur accusé d’abus sexuels… et que Blanca Ibarra, l’une des meneuses de la grève, est aux abonnés absents. Dans le même temps, l’inspectrice Elisa Murillo découvre le corps sans vie d’une adolescente impossible à identifier. Olivia et Elisa ne sont pas amies, c’est le moins que l’on puisse dire. Elles vont pourtant devoir collaborer sur ces deux affaires aux traits semblables.

Cette série-thriller en huit épisodes prend pour décor la capitale du Chili, Santiago, et s’attaque à un thème – le combat des victimes féminines d’abus, de viol et de féminicides – qu’il n’est pas évident de placer au centre des discussions d’une société très conservatrice et patriarcale. Militante, la série La meute s’infiltre par ailleurs dans le milieu du dark web pour tisser cette enquête policière captivante et parfaitement emmenée par Antonia Zegers (Olivia Fernández) et Daniela Vega (Elisa Murillo) l’actrice transgenre révélée dans Une femme fantastique, de Sebastián Lelio, Oscar du meilleur film en langue étrangère en 2018.

Sur le même sujet
Plus d'actualité