Friends Le retour tant attendu

Tipik et Auvio réussissent le coup de l’année en diffusant en exclusivité Friends: les retrouvailles à voir absolument ce soir à 20h50. Un concentré de nostalgie qui a déjà fait couler des litres d’encre… et de larmes.

© 2021 WarnerMedia Direct, LLC. All Rights Reserved. HBO Max™ is used under license.

Préparez-vous à l’orgie de madeleines de Proust! Cela fait depuis novembre 2019 que la grande nouvelle du retour de Friends avait fuité. Pour marquer son lancement aux États-Unis et narguer Netflix, à qui elle a piqué l’intégrale de la série pour les US, HBO Max allait produire un épisode spécial, réunissant le cast aujourd’hui. Très vite, il a été clair qu’il ne s’agirait pas d’une nouvelle aventure de fiction, l’histoire des six Friends étant bel et bien clôturée depuis longtemps. Pandémie oblige, le tournage de l’épisode de réunion a été retardé. Mais on y est. Et le succès est planétaire… Friends: The Reunion est un vrai moment de retrouvailles. Il démarre par l’arrivée de David Schwimmer (notre Ross adoré, toujours aussi bien coiffé) sur le fameux plateau 24 de Warner à Burbank, dans le décor reconstitué à l’identique. ”Waouh, c’est magnifique! C’est dingue!”, s’exclame-t-il comme face à un dinosaure rare. Parlant de dinos… Le reste du cast arrive au compte-gouttes. Ils éclatent de joie, sautent d’enthousiasme (Matt LeBlanc assume son âge et est en forme), se hugguent et, oui, y vont de leur petite, voire grosse, larme d’émotion (Jennifer Aniston et Courteney Cox). Attention, il est fort probable que ce soit communicatif.

Voir ces six-là, à cet endroit-là, nous ramène à notre ”moi” d’avant, à cette période où ils nous ont aidés à supporter le quotidien à la fin d’une sale journée. Ils nous rappellent, aussi, nos Friends, ceux avec qui on partageait les fous rires de l’épisode de la veille et qui nous disaient ”How you doin” lorsqu’on se retrouvait pour boire un café. Ce moment peut sembler long, mais l’alchimie qui lie les acteurs et actrices semble si sincère qu’on aurait peur de gâcher leur plaisir. C’est aussi le nôtre. Ce qu’on demande à cette émission spéciale, c’est ça: les entendre partager leurs souvenirs, raconter des anecdotes inédites, rigoler face à des images rétro, dézinguer leurs looks et nous révéler leurs crushs (spoiler alert, il y aura une confidence qui nous fera la soirée). Pour peu qu’on s’y intéresse, certaines images de bêtisier sont déjà vues et certaines infos connues (mais pas toutes), qu’importe, ça fonctionne, on se marre avec eux, fans, acquis. On chope quelques moments de vérité, comme lorsque Matthew Perry, un peu en retrait, évoque son angoisse de ne pas faire rire lors des tournages. L’intervention des producteurs, trop courte, éclaire sur la création de leur histoire et surtout le casting des personnages. On rit lors d’un quiz qui évoque une scène mythique… Ce retour, on l’attend depuis 2004. Dès lors… Réussir à 100 % cette “Friends reunion” était mission impossible. Le talk-show ne pouvait que décevoir. Il est inégal et abuse des happenings et surprises people.

Si l’on aime retrouver les acteurs et actrices apparus en caméo dans la série originelle, l’arrivée d’autres stars ne nous arrache pas un ”Oh my God!” ni un rire. Clara Delevingne, Justin Bieber en patate, le groupe sud-coréen BTS qui proclame son amour pour la série ou David Beckham et Kit Harington qui confient s’identifier à Monica, c’est mignon mais hors sujet. Lady Gaga nous régale lorsqu’elle chante avec Lisa Kudrow, mais elle est moins drôle qu’Ursula. Il s’agissait manifestement de rallier un public plus jeune. Friends n’a pas besoin de ça. 

I Know

On ne peut pas nier qu’aujourd’hui, certains gags ou situations ne passeraient plus et que le choix des acteurs serait certainement plus inclusif. Il y aurait une sacrée réécriture à faire sur Chandler. Mais la série mérite d’être recontextualisée, ce que même les ”jeunes” de notre époque ont très bien compris. Rappelons aussi que Friends a abordé pas mal de sujets de façon progressiste, particulièrement pour une série grand public diffusée sur le câble américain. On y a vu un mariage lesbien, de la GPA, des parents solos, des femmes assumant leur sexualité… À relativiser donc.

Sur le même sujet
Plus d'actualité