Martin Weil s’intéresse au retour des sorciers

Les réseaux sociaux voient émerger un nouvel ésotérisme. Pour le meilleur et pour le pire.

Voyance @belgaimages
Diffusion le 9 juin à 21h15 sur TMC

La pratique ne s’est jamais perdue, mais elle était devenue désuète. La sorcellerie, entendue au sens large, ne faisait plus rêver grand monde et semblait surnager dans un univers de kitsch et de fantaisie. Pourtant, elle renaît aujourd’hui. On en a notamment entendu parler dans une sombre affaire mêlant chantage, extorsion et téléréalité. Une histoire incroyable où Clara Moreau, candidate des « Marseillais« , accusée d’avoir fait appel à une sorcière pour évincer une de ses amies du programme. La polémique flambe rapidement sur les réseaux, amène chaque fan à choisir un camp et se règle au tribunal, puisqu’extorsion il y aurait eu de la fameuse voyante. Surtout, elle rappelle que la sorcellerie est encore en cours d’exercice et qu’elle a gardé son pouvoir de fascination.

C’est de cette fascination et de ce qu’elle est capable d’engendrer qu’il sera question ce soir. Car la sorcellerie est bien de retour. Grâce ou à cause (à voir) des réseaux sociaux, évidemment. Sur Tik Tok ou Instagram, ils et elles sont des milliers à promouvoir un nouvel ésotérisme. « Un ésotérisme 2.0 désormais cool et assumé, comme l’explique Martin Weill, nouveau petit génie du reportage en France. Fini la sorcière au nez crochu ou la voyante dans une roulotte. »

La jeunesse actuelle s’abonne à des gens plutôt qu’à des médias, des influenceurs qui doivent se démarquer pour marquer leur territoire. La sorcellerie est un bon créneau, qu’il gare entre le coaching bien-être et la psychologie. Pas question d’en faire quelque de ringard. Plutôt de réveiller la spiritualité qui sommeille en chacun, pour le rapprocher de la nature, de ses amis, du nouveau monde en construction. Sur le papier, c’est alléchant. Mais comme le précise Martin Weill, une plongé dans le phénomène, « le meilleur peut côtoyer le pire« .

Sur le même sujet
Plus d'actualité