La série du jour: Dirty John

Adapté d'un podcast très populaire, Dirty John s'inspire d'un fait divers à vous glacer le sang.

Dirty John Prod
Diffusion le 1er juin à 21h05 sur TF1

D’emblée, on sait que tout ça va virer au cauchemar. La faute à une sanguinolente séquence d’introduction qui ne laisse planer aucun doute. Pourtant, difficile de détacher ses yeux de Debra Newell (Connie Britton, vue notamment dans American Crime Story).

Une architecte d’intérieur de la Californie du Sud, maman de deux jeunes adultes, Terra (Julia Garner) et Veronica (Juno Temple), à qui professionnellement tout réussit. Côté cœur, il n’en va pas de même: divorcée à quatre reprises, elle peine à trouver l’homme idéal. Pour tenter de le dénicher, sa seule solution aujourd’hui réside dans les applications de rencontre. C’est là qu’elle s’apprête à tomber sur John Meehan (Éric Bana, Munich). Un séduisant anesthésiste qui semble parfait sous tout rapport, et qui, à l’évidence, sait parler aux femmes. S’il apparaît rapidement comme entreprenant, Debra, elle, n’y voit que du feu. Ou fait semblant de ne pas réaliser ce qui se trame, c’est selon. Ses deux filles, à l’inverse, prennent immédiatement en grippe ce type qui vient s’installer un peu trop hâtivement chez leur mère. De là, tout va aller de mal en pis.

Inspiré d’un podcast homonyme et populaire (dix millions d’écoutes six semaines après son lancement en 2017!) de Christopher Goffard du Los Angeles Time, Dirty John est adapté pour le petit écran par Alexandra Cunningham. Une scénariste qui s’y connaît en « ménagères désespérées« , pour avoir fait partie des producteurs de Desperate Housewives. Et le résultat est addictif, quand bien même on devine l’issue fatale, grâce au talent des deux protagonistes principaux, très impliqués (Connie Britton a rencontré la vraie Debra Newell). 

Sur le même sujet
Plus d'actualité