Berlin: bienvenue (ou non) au club

Trois “videurs” de Berlin racontent comment les boîtes, les nuits et les clients ont changé au fil des décennies.

Berlin portiers de nuit Arte
Diffusion le 12 mai à 23h55 sur Arte

Un reportage normal – même si cela n’existe pas tout à fait sur Arte – aurait ouvert la porte des discothèques, filmé quelques joyeux fêtards extasiés, interrogé l’une ou l’autre figures emblématiques de la night et aurait conclu par un “voilà pourquoi Berlin est la ville la plus underground d’Europe”.

Sauf que pour une fois, l’angle d’attaque est bien plus excitant: les nuits sont racontées par leurs… videurs, soit les portiers des plus célèbres boîtes de nuit de la capitale. Leurs noms: Smiley Baldwin, Frank Künster et Sven Marquardt, qui partagent leurs souvenirs dans un documentaire nocturne bien plus trépidant qu’une file d’attente devant le très exigeant Berghain où bosse l’un de ces physionomistes notoires. Car si les anecdotes insolites ne manquent pas, c’est aussi toute l’histoire du clubbing germanique qui prend forme: celle des années punk, des murs ayant rendu la danse plus macabre, des soirées clandestines une fois l’est et l’ouest réunis, mais aussi des laboratoires musicaux que furent ces antres rebelles d’une culture berlinoise en quête incessante de folies. Pas de baskets? Et puis quoi encore.

Sur le même sujet
Plus d'actualité