François Mitterrand et Anne Pingeot, fragments d’une passion amoureuse

Un documentaire passionnant plonge au cœur de la relation entre François Mitterrand et Anne Pingeot, grâce aux lettres qu'il a écrites

Le trésor de Crésus RTBF
Diffusion le 7 mai à 20h50 sur La Une

Il ne s’agit pas d’un journal ordinaire. Déjà parce qu’en plus de textes écrits à la main, il est rempli de collages, de ticket de cinéma, de photos ou de tableaux. Surtout, il a été en constante évolution entre 1964 et 1995. Et puis cette œuvre est celle de François Mitterrand, le président de la République française entre 1981 et 1995. Le Journal pour Anne, que l’ancien homme d’État a tenu pendant 31 ans, a été rendu public il y a quelques années par Anne Pingeot, celle à qui cet objet est entièrement dédié. Celle auprès de qui Mitterrand a trouvé du réconfort à une époque où il traversait une profonde crise existentielle. Celle aussi qui va l’accompagner durant ses années de présidence et qui lui offrira une fille, la célèbre Mazarine.

Ce journal intime de plus de 1.200 lettres et 700 pages, rempli de lignes et de courbes tracées à l’encre bleu, a été consulté par Hugues Nancy, un réalisateur français qui a décidé de se baser sur ces écrits pour faire un documentaire. “Lire ces lettres, tourner les pages du journal dédié à Anne, parcourir les albums photographiques du couple, c’était, au-delà de l’émotion, éprouver ce sentiment rare qui gagne les réalisateurs lorsqu’ils comprennent qu’ils vont pouvoir dévoiler aux téléspectateurs les secrets d’une personnalité qu’ils pensaient connaître et dont ils vont découvrir une facette longtemps ignorée”, explique Hugues Nancy à la RTBF.

Déjà auteur du film François Mitterrand, albums de familles en compagnie de Pierre Favier, le réalisateur poursuit sa découverte de l’ancien président français. À l’entendre, le carnet de bord rédigé en Inde, la première lettre adressée à Mazarine et ses premiers mots après l’annonce de son cancer sont autant de documents qui dévoilent “un François Mitterrand que personne ne soupçonnait.

Sur le même sujet
Plus d'actualité