Les visages oubliés de Palmyre

La cité oubliée de Palmyre existe encore à travers les portraits sculptés de ses habitants.

Les visages oubliés de Palmyre ARTE
Diffusion le 24 avril à 20h50 sur Arte

Entre le Ier et le IIIe siècle de notre ère, Palmyre était le rond-point d’échanges commerciaux entre l’Est et l’Ouest de ce monde. Le résultat de son intégration à l’Empire Romain, mais également de son grand approvisionnement en eau sous terre, une denrée rare dans un milieu hostile comme le désert.

Peu à peu délaissée depuis le XVIIe siècle, la cité est toujours entourée de nombreuses nécropoles et hypogées dont les portraits et scènes de vie sont autant de traces du passage et de l’existence de milliers d’êtres humains… qui détiennent encore beaucoup d’éléments inconnus. “Localiser les portraits funéraires de Palmyre, c’est un peu comme jouer au détective”, sourit l’archéologue danoise Rubina Raja, directrice du « Palmyra Portrait Project ». “Ils nous aideront à comprendre la manière dont les Palmyréniens se voyaient eux-mêmes et comment ils se percevaient par rapport au reste du monde.

Faute de pouvoir se rendre sur place suite au déclenchement du conflit syrien, Rubina Raja a d’abord suivi les traces de l’archéologue Harald Ingholdt, un pionnier danois qui s’est rendu à Palmyre dès le début des années 1920 et en a rapporté plus de 140 pièces. Arrivée au bout de son analyse, elle s’est ensuite adressée à des musées des quatre coins du monde pour avoir accès à leurs trésors. Sur place, le processus est toujours le même: l’archéologue photographie les portraits, discute avec ses semblables puis réalise une description détaillée avant de contextualiser au maximum les pièces concernées. Que signifient les cheveux noués de cette femme? Que nous dit cette couronne qui coiffe un homme barbu? Qu’exprime le regard de ce couple? Cette exploration moderne et de qualité est enrichie par les témoignages et éclairages de spécialistes français du Proche-Orient.

Sur le même sujet
Plus d'actualité