De Dolly Parton à Madame Claude: le meilleur du streaming à rattraper ce week-end

Vous cherchez des idées de films, de séries ou de docus à découvrir ou à rattraper? Allez suivez le guide.

@ Adobe

@D.R.

Netflix

Dolly Parton, le concert hommage

Ce show à la production léchée et irréprochable rend hommage à Dolly Parton, élue personnalité de l’année en 2019 lors du dernier MusiCaresprogramme venant en aide aux musiciens dans le besoin. Pour les beaux yeux et surtout pour le phénoménal répertoire de cette icône de la country, les invités ont sorti leur tenue des grands soirs. Beaucoup de paillettes, des rivières de sequins, des cascades de Swarovski, des perles, des volants, des capes et des franges – voir Katy Perry qui envoie du lourd -, rien n’égalant toutefois le look de Dolly. Si les artistes se succèdent, revisitant les grands succès de Dolly Parton, on retiendra l’ouverture du concert assurée par Miley Cyrus, Shawn Mendes et Mark Ronson qui livrent une version de Islands In The Stream de toute beauté. On soulignera aussi ce joli moment d’émotion lorsque Emmylou Harris et Linda Ronstadt, diminuée par la maladie, rejoignent la scène pour dire tout le bien de celle avec qui elles enregistreront deux albums best-sellers. – S.M.

@D.R.

Netflix

This Is A Robbery

18 mars 1990: le musée Isabella Stewart Gardner de Boston est victime d’un vol qui fera date. Deux hommes habillés en policiers dérobent 13 oeuvres d’art. Il y en a pour un demi-milliard de dollars, un record, et trente ans plus tard, ils sont toujours introuvables. Le musée prometencore aujourd’hui 10 millions de dollars pour quiconque aurait une information utile. Avec ce docu-série, Netflix explique comment l’enquête a pu piétiner à ce point. Car dès que les autorités sont sur une piste, leurs suspects meurent mystérieusement. L’affaire prend ensuite rapidement une dimension mondiale. Le casse aurait ainsi permis de financer les rebelles républicains nord-irlandais. Les toiles pourraient aussi servir à la mafia italienne comme cartes de “sortie de prison” en cas de pépin. On se passionne vite pour cette histoire à suspense pleine de rebondissements. – K.D. 

 

@D.R.

 

Vod

The New Gospel

Milo Rau, dramaturge et journaliste suisse, réinterprète la Passion pour raconter la misère et le combat des migrants. Son Jésus est Yvan Sagnet, travailleur agricole aux alentours de Matera, la sublime cité troglodyte du sud de l’Italie. Il participe en 2019 à une pièce reconstituant l’épisode biblique. Le film va suivre sa création et en parallèle la Révolte de la dignité des ouvriers réfugiés asservis des plantations de tomates. On passe de scènes en costume, avec apôtres noirs et parfois musulmans et seconds rôles forts, à des discours engagés, des images documentaires de destruction de camps de migrants, de manifestations et de violences. Ces deux axes cheminent en parallèle, jusqu’à se rejoindre et éclater de sens. – H.D.

 

@D.R.

Netflix

Madame Claude

Dressant ici le portrait de Fernande Grudet (1923-2015), personnalité opaque qui fut, sous le surnom de Madame Claude, à la tête d’un réseau de prostitution politico-mondain dans les années 60-70 et bénéficia notamment de la protection de la Brigade mondaine, la réalisatrice Sylvie Verheyde choisit d’épouser les codes virils du film de gansgter, avec voix off à la Scorsese et plongée à vif dans la mécanique de la proxénète, interprétée avec poigne par Karole Rocher, mais sans jamais se les approprier. Les rôles masculins (Roschdy Zem, Benjamin Biolay ou Pierre Deladonchamps) manquent de fond et le récit n’a pas l’ampleur de la grande fresque politico-féministe qu’on attendait. Le film se dilue in fine dans la relation ambiguë entre Madame Claude et l’une de ses filles. Dommage. – J.G.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité