Dans le secret des négociations européennes

Filmée de l’intérieur par Yann-Antony Noghès, la politique européenne dépasse la fiction question suspense.

Sommet, dans le secret des négociations européennes RTBF
Diffusion le 14 avril à 20h30 sur La Une

Des sommets européens, on retient généralement des embouteillages, des déclarations officielles et des photos de famille. L’Europe semble loin. Et rasoir. Les deux reportages diffusés par La Une nous font réaliser d’abord que les décisions des 27 engagent notre quotidien comme notre futur et (surtout) que c’est fascinant, cette “Champion’s League de la négociation”.

Ils sont 27 leaders, qui représentent 27 nations et 27 intérêts. Un concentré de démocratie réuni autour d’une table, avec pour mission de s’accorder sur des sujets vraiment essentiels, en quelques jours (mais après des mois de préparations). Le journaliste a suivi l’équipe de Charles Michel durant deux moments clés, un par film. D’abord le sommet pour le Climat de novembre 2019, avec le président du Conseil, tout juste entré en fonction, serrant bien fort sa clochette de meneur des débats et attaqué en frontal d’emblée par Victor Orban. Ensuite toute la saga du plan de relance de ce printemps. Deux événements historiques.

Deux foires d’empoigne qui ont vu s’affronter différents clans, à coups de compromis, de revirements, de chantages et de symboles. La force du film, c’est qu’il rencontre les généraux de ces batailles (les chefs d’État). Alexandre Rougier, producteur, confie qu’il voulait “raconter ce que c’est que l’Europe, à travers les personnages et les rapports de force entre eux. On voulait une nouvelle narration, qui suscite de l’empathie pour les différents points de vue. C’est passionnant, sur le climat, de se retrouver dans les chaussures des Polonais dont l’énergie provient à 80 % du charbon. Ça change les perspectives. On n’a pas voulu choisir un ‘camp’. C’est un film pour les Européens, qui parle aussi bien aux Polonais qu’aux Belges, Espagnols, Français, Allemands…

Efficace en diable, le montage alterne scènes cocasses (Charles Michel y contribue pour beaucoup), coulisses, punchlines saignantes (Jean Quatremer, journaliste à Libération, n’en loupe pas une, comme Xavier Bettel, le Premier ministre luxembourgeois), images d’actu, confidences et prise de recul politique. Vivement le prochain Sommet.

Sur le même sujet
Plus d'actualité