Le documentaire du jour: Liam Gallagher, As It Was

De la séparation d’Oasis à la rédemption en solo, le cadet des Gallagher se confesse sans langue de bois. Irrésistible.

Liam Gallagher, As It Was ARTE
Diffusion le 9 avril à 22h30 sur Arte

Un jour, je me suis planté devant un pied de micro et ma vie a changé. J’avais trouvé ma place et je ne veux pas aller voir ailleurs. Je n’ai pas envie de devenir fleuriste, d’aller dans l’espace ou faire le con dans des émissions culinaires. Je veux faire du rock.” Que vous soyez fan absolu ou que vous ayez des préjugés sur Liam Gallagher, peu importe. As It Was, portrait de nonante minutes réalisé en 2019 par Gavin Fitzgerald et Charlie Lightening va vous nouer les tripes.

On connaissait le Liam grande gueule. On n’est pas déçu car il nous sort quelques punchlines dont il a le secret. Mais il y dévoile aussi ses failles, son rôle de père, son respect des fans et des femmes, ainsi que sa simplicité de héros de la classe ouvrière comme le contait si bien son idole John Lennon dans Working Class Hero.

Le docu débute par la séparation d’Oasis en août 2009 et montre comment Liam a dû se reconstruire pour revenir triomphalement en 2017 avec son premier album solo “As You Were”. Liam joue les gros durs quand il évoque Coldplay (“On dirait les Télétubbies”) ou son frère Noel avec qui il ne parle plus. Mais devant sa mère, il ne moufte pas. “Vous allez voir”, dit-elle face caméra lors d’une visite dominicale du fiston “Quand il va rentrer chez moi, il va se préparer sagement un thé dans la cuisine, viendra ensuite s’asseoir dans le divan et n’osera pas élever la voix.” Et de fait…

Entre souvenirs d’enfance, studio d’enregistrement, vie sur la route, jogging face à la baie de San Francisco (“J’ai l’air d’un manche en short mais je suis mieux ici qu’au pub”) et moments d’intimité avec ses enfants, c’est un Liam entier qui se dévoile. Sur Supersonic, premier single d’Oasis écrit par son frère aîné et sorti en avril 1994, Liam chantait: “I need to be myself, I can’t be no one else” (“J’ai besoin d’être moi-même, je ne peux pas être quelqu’un d’autre”). Tout est dit.

Sur le même sujet
Plus d'actualité