Les neuf vies de Napoléon

Napoléon était persuadé d'avoir un destin légendaire. L'Histoire lui donna souvent raison.

Napoléon Belgaimages
Diffusion le 17 avril à 21h05 sur La Trois

Novembre 1796, aux abords d’Arcole. Alors en pleine guerre avec les forces autrichiennes, les Français de l’armée d’Italie tentent une percée. Drapeau à la main, un jeune homme se précipite sur le pont. Napoléon Bonaparte, puisque c’est de lui qu’il s’agit, ne semble pas inquiet pour sa vie. Ses hommes se précipitent à sa suite et son aide de camp, Muiron, fait bouclier de son corps. Il tombe sous les balles. À 27 ans, Napoléon écrit ici un des plus fameux chapitres de sa carrière. Un épisode qui convainc le futur Empereur qu’un destin grandiose l’attend.

La mort, pense-t-il, ne l’emportera qu’une fois ce dernier accompli. Grâce à cette philosophie, le général se battait sans peur. Il ne craignait pas de mourir au combat: il jugeait cette fin honorable. Est-ce l’absence de doute qui lui porta chance? Ou sa destinée? Toujours est-il que les événements lui donnèrent souvent raison. Outre les succès militaires qu’on lui connaît, le père du code éponyme réchappa de peu à la mort à plusieurs reprises. Il survécut au premier attentat à la bombe de l’Histoire (un véhicule piégé qui explosa à quelques mètres de lui), à un homme armé d’un couteau déterminé à l’assassiner et même à une tentative de suicide par empoisonnement. Coups de bol ou coups du hasard, ces expériences renforcèrent Napoléon dans ses convictions.

Le documentaire de ce soir – mélange d’animé et d’analyses d’experts – diffusé à l’occasion du bicentenaire du décès de Bonaparte, s’attarde sur la psychologie d’un homme qui pensait défier la mort jusqu’à son entrée dans la postérité. L’ambition de Napoléon dépassait son vivant. Il mit tout en œuvre pour que son nom reste à jamais dans les annales, et de la manière dont il le souhaitait. Mission accomplie, a-t-on envie de dire.

Sur le même sujet
Plus d'actualité