Le téléfilm du jour: Vulnérables

Sujet sensible et peu abordé, le cas des mineurs isolés étrangers est au centre de Vulnérables.

Le téléfilm du jour: Vulnérables
Diffusion le 7 avril à 21h05 sur France 2

Educatrice depuis vingt ans dans un centre pour jeunes migrants isolés à Paris, Elsa (Léa Drucker) est révoltée par l’injustice qu’elle constate chaque jour. Hyper investie dans son rôle, elle tente d’adoucir l’exil de ces mômes. Une attitude honorable qui a pourtant des conséquences dramatiques sur sa vie privée: son mari, Philippe (Thierry Godard) demande le divorce pendant que son fils Alex (Alexandre Furet), un ado en pleine rébellion, refuse de la voir. Et lorsqu’elle fait la connaissance de Bijan (Ilyès Lihiouel), un petit Afghan de douze ans, tout s’emballe. Pour lui, elle décide de transgresser les règles et héberge l’enfant chez elle, en secret.

Rarement abordé dans une fiction, le thème de ces migrants mineurs touche Léa Drucker, toujours partante pour aborder des sujets de société à travers ses rôles. Dans le Figaro, elle déclarait récemment: “Le traitement sous la forme d’une fiction romanesque permet de faire d’un thème abstrait un thème plus humain. Si cela peut amener une réflexion, un regard différent sur ces enfants, c’est déjà un pas, même modeste”.

Vulnérables permet en effet de prendre conscience des épreuves traversées par ces gosses qui ont fui la guerre et se retrouvent face à un pays réticent à les accueillir, et sous la menace de truands prêts à tout pour les exploiter. On découvre aussi le formidable travail en coulisses des travailleurs sociaux, trop souvent confrontés aux raideurs de l’administration. Porté par un casting cinq étoiles où on retrouve également Romane Bohringer, le téléfilm – réalisé par Arnaud Sélignac – a l’intelligence de ne pas tomber dans le cliché. Seule fausse note, l’importance accordée au développement de la vie personnelle de l’héroïne. Un choix scénaristique qui déforce quelque peu le sujet principal.

Sur le même sujet
Plus d'actualité