Le gluten, cet ennemi public

Ils sont de plus en plus nombreux à être intolérants au gluten et l’industrie a sa part de responsabilité

Gluten RTBF
Diffusion le 6 avril à 20H20 sur La Une

Fin des années 2000, début des années 2010, le gluten s’est imposé comme un enjeu de santé publique tant le nombre d’intolérants a semblé exploser. Comme si d’un coup, et comme le titre le documentaire diffusé mercredi, il était devenu l’ennemi public numéro un. L’industrie n’a pas mis longtemps à embrayer et a sorti toute une ligne de produits certifiés sans gluten, souvent très chers.

Aujourd’hui, on en parle un peu moins. Sur les paquets, les stickers “sans gluten” ont été remplacés par des labels “vegan”. Pourtant, chaque jour, des milliers de personnes se découvrent intolérantes au gluten et doivent changer radicalement leur régime alimentaire, au risque d’enchaîner les problèmes gastro-intestinaux. On les appelle les cœliaques. Pour eux, fini les pâtes, le pain, la bière, les biscuits… C’est quand on en est privé que l’on se rend compte de l’omniprésence du gluten dans notre nourriture quotidienne. Comment expliquer une telle explosion de cas alors qu’on sait maintenant que le gluten peut être nocif pour la santé? Comment expliquer aussi que cette maladie plutôt rare soit presque devenue la norme?

La réponse est toujours la même: l’industrialisation de l’agriculture et la tolérance des politiques publiques. Les céréales sont au centre de la production agricole et le gluten vient s’y développer lors du processus de production de la pâte, par exemple. Il est donc difficile de s’en passer. Mais on l’a généralisé par paresse et par facilité, au point d’en faire une substance dangereuse pour des millions de personnes.

Sous un angle bien précis, la réalisatrice Patrizia Marani revient donc à une conclusion bien connue: l’agriculture actuelle privilégie le profit à la qualité. Et donc, à la santé. Une rengaine essorée mais qu’il faut marteler pour qu’un jour, le plus rapidement possible, l’homme reprenne la main sur son système agroalimentaire, aujourd’hui bien trop balisé par l’industrie.

Sur le même sujet
Plus d'actualité