Titanic, le mythe de l’insubmersible

National Geographic consacre une soirée entière aux dernières découvertes sur l’épave du Titanic.

Titanic Prod
Diffusion le 4 avril à 20h50 sur National Geographic

En presque 15 ans, aucun sous-marin habité n’a plongé jusqu’à 3.821 mètres de profondeur, au milieu de l’Atlantique, pour voir ce que devenaient les restes du Titanic. Cette longue période de tranquillité est arrivée à son terme lorsqu’un groupe d’experts a voulu faire un état des lieux du navire.

C’est cette mission que suit ici National Geographic. Grâce à un sous-marin bardé de caméras 4K, l’équipe plonge dans l’océan pour faire un examen complet et approfondi de l’épave. La magie opère tout de suite lorsque, au milieu de l’obscurité abyssale, apparaît en premier la célèbre proue du navire. Mais très vite, un constat s’impose: le Titanic se décompose de plus en plus. Les courants sont si forts qu’ils malmènent le navire et les bactéries marines rongent sa structure, formant comme des concrétions un peu partout. Si la proue tient le coup, d’autres parties tombent ainsi en miettes. Adieu par exemple l’une des cabines jusque-là incroyablement préservées. Une dégradation encore plus prononcée pour l’arrière du navire, qui gît quelques centaines de mètres plus loin.

L’arrière-arrière-petit-fils d’une victime du naufrage, qui accompagne l’équipe scientifique, ne peut que constater l’ampleur des dégâts. Si le Titanic se délite, la mission réussit toutefois à le numériser entièrement pour en garder la trace. On découvre ainsi d’impressionnantes images de synthèse qui permettent d’encore mieux visualiser l’état actuel de l’épave. Mission Titanic réussit donc à nous hypnotiser avec ces dernières images en date du navire, même si on ne découvre que très peu son intérieur. Et si votre curiosité n’est pas rassasiée, il faut regarder les deux émissions qui suivent sur les restes du Titanic, dont une avec James Cameron qui enquête sur la différence entre son film et la réalité du naufrage.

Sur le même sujet
Plus d'actualité