Le racisme à la télé avant (et après) Pépita

Des archives de l'émission Pyramide déterrées par TMC ont rappelé les remarques sexistes et racistes que devait subir l'animatrice Pépita dans les années 90. Une époque révolue ?

Pépita dans l'émission Pyramide. - Capture d'écran Canapé95

Canap95 était présenté comme un nouveau rendez-vous de nostalgie et d’humour, mais c’est un autre sentiment qu’a suscité une séquence de la nouvelle émission de TMC. Les internautes ont été choqués et écoeurés de (re)découvrir des archives de l’émission Pyramide, diffusée de 1991 à 2003 sur Antenne 2, où le racisme et le sexisme étaient totalement décomplexés.

On y voit Pépita, la jeune femme noire qui distribuait les cadeaux aux gagnants, être la cible de remarques abjectes, sous les rires et les applaudissements des candidats et du public. Lorsque le présentateur du jeu culte Patrice Laffont invite par exemple sa collaboratrice à s’asseoir à côté d’un candidat, celui-ci rétorque et insiste « sur mes genoux ». Dans un autre extrait, sa tenue jaune inspire les hommes de l’émission. « C’est printanier, tout ça », ironise l’animateur. « Certains disent qu’elle est pulpeuse avec son citron », renchérit Laurent Broomhead. « Je n’insisterai pas car je peux avoir la même pour rien », ajoute l’ancien présentateur de Fort Boyard. « La même en blanc ! », précise le maître-mot. Pire encore, lorsque Pépita reçoit une carte postale représentant un chimpanzé. « Oh c’est vous en photo Pépit’ », lui lance la voix off. « C’est à force de manger des bananes, voilà ce que ça fait », réplique un invité.

« C’était mieux avant » ?

Toujours dans Canap95, qui a déterré les archives de la télévision française de 1995, Etienne Carbonnier et son équipe ont également pointé les blagues homophobes des Grosses Têtes, les rires des députés lorsqu’un confrère noir dit banane ou encore l’humiliation de Mallaury Nataf à la cérémonie des 7 d’Or où le public réclame sa culotte.

Après la séquence hallucinante de Pépita qui a provoqué, 25 ans plus tard, une vague d’indignation, l’émission Quotidien a profité de ce « buzz » pour en remettre une couche et diffuser d’autres images racistes, datant cette fois de 1988. À l’époque, l’émission Téléfoot a consacré un reportage aux joueurs noirs du FC Nantes, dont Marcel Desailly, champion du monde dix ans plus tard avec l’équipe de France. « Le FC Nantes a viré. Viré de bord depuis deux ans, mais aussi de couleur. Le drapeau jaune flottait sur le championnat, puis l’avenir est devenu sombre et six de ses titulaires sont noirs pour effacer les nuits trop blanches de la saison passée », introduit le commentateur Pascal Praud, désormais sur CNews. Les joueurs descendent ensuite des arbres avant de se présenter, cachés derrière un masque blanc. En bande-son? « Noir, c’est noir » de Johnny Hallyday.

Et si on essayait de faire mieux aujourd’hui ?

« L’objectif n’est pas de faire le procès du passé », explique la journaliste Lilia Hassaine, face à cette longue histoire des clichés racistes à la télé, de Pépita à la Zoubida, « mais de mesurer le chemin parcouru ».

Si effectivement – et heureusement – de tels propos et reportages ne passeraient plus aujourd’hui, la télévision verse encore aujourd’hui dans le racisme. De nombreux internautes ont d’ailleurs rappelé à l’équipe de Quotidien leur silence lorsque Nicolas Sarkozy, invité de l’émission en septembre dernier, a associé les mots « singes » et « nègres », ou leurs rires quand Alice Belaïdi a expliqué avoir nommé sa chienne Jill, en référence à la chanteuse Jill Scott, car « elles ont le même nez ».   

Plus d'actualité