Le documentaire du jour: J’entends des voix qui me parlent

Ils sont plus qu'on ne le pense à entendre des voix. Un phénomène déroutant et encore tabou.

Doc Shot RTBF
Diffusion le 25 mars à 22h15 sur La Une

On les prend pour des fous, des illuminés. La culture pop ne les a pas vraiment aidés. Jeanne d’Arc non plus. Ils doivent vivre avec le fait que la société n’est pas encore prête à écouter les voix qu’ils entendent. Gérard Miller, célèbre psychanalyste français, mais aussi homme de télé, part à la rencontre de ceux qui ont décidé de briser le tabou. Ils se rassemblent, pour partager leur expérience. Pour certains, ces voix sont devenues des compagnons de route, pour d’autres, elles font rejaillir de vieux démons. “Avant j’entendais des voix 80 % du temps, les 20 % restant je ne pensais qu’à ça” explique, Vincent, l’un de ces “entendeurs”. Aujourd’hui, il a dompté ses voix qui, toujours, l’arrosent d’insultes, parfois extrêmement violentes. Alors qu’elles poussent Camille à l’automutilation, au suicide.

Durant l’heure du film, aucun médecin, aucun neurologue, que des entendeurs. Les témoignages sur “les premières fois/voix” sont marquants, on a l’impression que cela pourrait arriver à n’importe qui. On se rend d’ailleurs compte que le phénomène est plus répandu qu’on ne le pense. Mais le film dépasse ce cadre pour s’intéresser à la manière dont ceux qu’il touche le gèrent le quotidien. Puisque les sons ne résonnent que dans leur tête, ils sont conscients de faire peur lorsqu’ils répondent à haute voix. Mais souvent ils n’arrivent pas à faire autrement, ce qui les isole encore un peu plus. Un cercle vicieux dont il est difficile de sortir… Heureusement plusieurs associations françaises ont décidé de prendre le problème à bras-le-corps. La lumière au bout d’un long tunnel? Une chose semble en tout cas claire: pour apaiser leur esprit et apprivoiser leurs hallucinations auditives, la présence et la compréhension des proches, même déboussolés, est indispensable.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité