La série du jour: Le prix de la paix

Belle réussite que cette fresque familiale qui explore Le prix de la paix au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale.

Le prix de la paix
Diffusion le 25 mars à 20h55 sur Arte

Déjà les premières images interpellent. Des scènes de liesse en noir et blanc, des soldats qui dansent avec des passantes. La guerre est finie… Mais derrière les visages rayonnants les panneaux sont écrits en allemand. Nous sommes en Suisse. Un univers parallèle, où l’économie va plutôt bien, où les familles sont restées au complet. La série franco-germano-suisse démarre en 1945, alors que Klara Tobler, la fille d’un industriel du textile, va épouser Johann Leutenegger, qui travaille avec son futur beau-père. C’est le couple, et Egon, le frère de Johann, que l’on va suivre au fil de ces six épisodes.

La réalisatrice, Petra Volpe (Les conquérantes), s’est plongée dans cet immédiat après-guerre pour nous faire découvrir un pays écartelé qu’on connaît mal, en dehors de sa neutralité toute relative et de la bienveillance avec laquelle ses banques ont enfoui dans leurs coffres des fortunes volées pendant la guerre. Privé de son principal partenaire commercial, la Suisse se retrouve isolée et doit relancer son économie. Le gouvernement, soutenu par la Croix-Rouge, accueille des adolescents rescapés des camps de concentration dans des centres qui n’ont pas les moyens de s’en occuper. Et répond à la demande des États-Unis en cherchant, avec plus ou moins de diligence, les nazis en fuite, que des filières bien organisées tentent d’évacuer. Si les jeunes regardent vers l’avenir avec gourmandise, avides de modernité, leurs parents sont souvent enfermés dans une rigueur conservatrice très calviniste – et germanique.

Klara (Annina Walt), Egon (Dimitri Stapfer) et Johann (Max Hubacher) jouent ici leur vie d’adultes, avec ce qu’elle comprend d’engagement et de désillusions, et nous offrent une belle occasion de nous immerger dans une période essentielle dont on ne savait pas grand-chose. Une magnifique série, inattendue, qui ne laisse pas indemne.

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité