Les confessions d’Harry et Meghan

Hier soir, les Sussex ont livré leur vérité à Oprah Winfrey. Une conversation intime durant laquelle le couple a réglé ses comptes avec la monarchie britannique.

Harry et Megahn @Belgaimages

Diffusion le 8 mars à 21h15 sur TMC

Harry et Meghan ont toujours refusé la médiatisation de leur couple. En 2019, lors d’un voyage en Afrique du Sud, celle qui était encore un membre actif de la famille royale s’était épanchée sur sa difficulté à vivre la surmédiatisation. Le couple avait ensuite fait fi de toutes les traditions en refusant de présenter leur nouveau-né Archie à la sortie de la maternité et avait poursuivi en organisant le baptême en très petit comité. Aujourd’hui, après s’être confessé pendant deux heures face à Oprah Winfrey, le couple risque bel et bien d’être l’objet d’une attention médiatique encore plus accrue.

Tout au long de cette conversation, Meghan et Harry ont multiplié les révélations chocs. La duchesse a confié qu’elle avait songé au suicide, acculée par la pression des médias. Sa demande d’une prise en charge médicale lui aurait été refusée sous prétexte que «ça ne serait pas bon pour l’institution». Son salut, elle le doit à Harry qui a accepté de quitter l’Angleterre…

Plus loin, Meghan explique que certains au sein de la famille royale se seraient inquiétés de la couleur de peau d’Archie et aurait, sans aucune explication, refusé que l’enfant reçoive un titre de noblesse à sa naissance comme le veut pourtant la tradition.

Colonel en chef

Des propos confirmés par Harry qui, contrairement à son épouse, n’a pas hésité à attaquer frontalement, pointant la déception éprouvée face au comportement de son père qui aurait un temps refusé de répondre à ses appels. Le prince tempère cependant: «Il y aura du travail pour améliorer notre relation mais je l’aimerai toujours. Et l’une de mes priorités sera d’essayer de guérir cette relation». A propos de son frère William, Harry concède « J’adore mon frère. Nous avons traversé l’enfer ensemble. Mais nous sommes sur des trajectoires différentes ». Il poursuit avec «le temps guérit tout».

Aujourd’hui membre non actif de la couronne, Harry dénonce le système monarchique: «Avant j’étais pris au piège par le système comme le reste de ma famille. Mon père et mon frère sont prisonniers. Ils n’ont pas la possibilité de partir et j’ai beaucoup de compassion pour ça. »

Des attaques qui ne s’adressent pas à sa grand-mère Elizabeth. Celle-ci aurait appris la volonté du couple de quitter le pays, une décision qu’ils ont prise six mois après leur mariage en mai 2018. Harry confie s’entretenir régulièrement la reine via Zoom et ajoute «J’ai un profond respect pour elle. C’est mon colonel en chef. Elle le restera. »

Marié en secret trois jours avant la fastueuse cérémonie retransmise à la télévision en mai 2018, le couple – qui a annoncé la naissance d’une petite fille pour cet été – ne doit pas s’attendre à une réaction officielle du côté des Windsor. On dit que la reine Elizabeth aurait simplement prévu d’être médiatiquement plus active cette semaine. Never explain, never complain….

Avant même la diffusion dimanche, un extrait dévoilé mercredi soir par la chaîne CBS a donné le ton. Interrogée pour savoir ce qu’elle imagine que le palais royal pense de ses prises de parole, l’ex-actrice américaine de 39 ans répond: « Je ne sais pas comment ils pourraient s’attendre à ce qu’après tout ce temps, nous puissions tout simplement garder le silence, si la Firme joue un rôle actif dans le fait de colporter des mensonges sur nous », utilisant le surnom de la couronne britannique. « Et si cela vient avec le risque de perdre quelque chose (…), beaucoup a déjà été perdu », a-t-elle ajouté.

Ces propos ont fait bondir la presse britannique, qui évoque aussi l’enquête inédite annoncée par le palais de Buckingham, quelques heures avant la diffusion de l’extrait, sur des accusations de harcèlement contre des assistants visant Meghan Markle, quand elle vivait encore au sein de la famille royale. Le palais s’est dit « très préoccupé », dans un communiqué inhabituel pour la monarchie britannique, peu accoutumée à évoquer ses différends sur la place publique.

Selon le quotidien britannique The Times, qui a dévoilé ces accusations, Meghan Markle aurait fait l’objet d’une plainte pour harcèlement, adressée en octobre 2018 au palais par Jason Knauf, alors secrétaire à la communication du couple, mais restée sans suite.

Plus d'actualité