Pékin express sous covid

Le jeu d’aventures déroule sa quatorzième saison en Afrique… et en Europe, pandémie oblige.

Pékin express Prod
Diffusion le 26 février à 20h00 sur Club RTL

Il y a des choses qui ne changent pas. Comme Pékin express, qui d’année en année fait voyager les candidats et les téléspectateurs au bout du monde, avec un bel équilibre entre épreuves physiques, rencontres avec les habitants, engueulades, émotion et suspense. Stéphane Rotenberg ne change pas non plus. Toujours cette convivialité sans artifices, et cette distance qui souligne qu’il n’est là que pour servir l’émission – même si ces périples intercontinentaux lui ont déjà valu pas mal de péripéties et même des accidents.

Cette année, les 16 concurrents devaient remonter de l’Ouganda jusqu’à Dubaï, en passant par l’Ethiopie et les Emirats arabes unis, Sur les pistes de la terre rouge. Le covid a dévié leur route, et c’est finalement en Grèce et en Turquie qu’ils poursuivront leur road-trip.

Parmi eux, Crisoula et Jenny, les Belges d’origine grecque (ça tombe bien), sympathiques et fusionnelles – Crisoula considère sa nièce comme son «minimoi». Le casting est bien choisi, comme toujours, mêlant les familles, les amis et les inconnus, les rêveurs et les compétiteurs, les enthousiastes et les explosifs. On va passer avec eux de bonnes soirées télé teintées d’exotisme et d’humanité. Il y a des choses qui ne changent pas et on s’en réjouit.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité