Le téléfilm du jour : La petite femelle

Découverte intime et émouvante de l’histoire de Pauline Dubuisson, jugée pour meurtre en 1953.

La petite femelle TF1
Diffusion le 1er février à 21h05 sur France 2

Début 1944 : la Libération approche mais les Allemands occupent encore fermement Dunkerque. C’est là que vit Pauline Dubuisson, une jeune Française de 16 ans, qui tombe amoureuse d’un médecin allemand après avoir été encouragée par son père de se rapprocher de ceux qui étaient surnommés les Boches. Commence alors les malheurs de cette fille qui la poursuivront toute sa vie, y compris lors d’une des plus importantes affaires judiciaires de l’après-guerre.

C’est cette histoire vraie que représente aujourd’hui le téléfilm de France 2, La petite femelle, adapté du livre du même nom écrit par Philippe Jaenada en 2015. Lors de la réalisation de cet ouvrage, ce dernier avait accompli un véritable travail d’investigation pour retracer le parcours de Pauline Dubuisson, et ce téléfilm reproduit très fidèlement le fruit de cette longue enquête. Jaenada s’était alors rendu compte que celle-ci avait été probablement prise dans un cercle infernal qui l’a conduite jusqu’à la prison. Car après son aventure de 1944, Pauline Dubuisson a été tondue à la Libération, puis ostracisée. Elle retrouve l’amour en fac de médecine mais là aussi, le souvenir de la guerre met en péril sa relation. Un véritable torrent de haine déferle sur elle, provoque la rupture du couple puis au cours d’une dispute, elle tue son ex-petit ami. Selon elle (et Jaenada), c’est accidentel, mais lors de son procès, elle n’a aucune chance face à une société qui veut sa tête et la surnomme encore la ”muse des charniers”.

La petite femelle brise un tabou pourtant coriace, celui du sort des femmes qui ont eu le malheur de vouloir vivre une histoire amoureuse pendant la guerre et qui en payeront le prix toutes leurs vies. Le livre le faisait déjà extrêmement bien, mais le téléfilm y ajoute en plus la force de l’image, avec un jeu d’acteurs très réussi. L’un et l’autre montrent aussi extrêmement bien l’omniprésence de la misogynie, mais aussi le début du féminisme dans une France d’après-guerre qui est censée être égalitaire alors qu’elle ne l’est en réalité pas du tout. En résumé La petite femelle est une histoire bouleversante qui réussit sa lutte contre les clichés.

https://tv.moustique.be/emission/la-petite-femelle-a6158h6mh.html

Sur le même sujet
Plus d'actualité