Les enfants placés: que fait la République?

Pièces à conviction continue son enquête choc sur les violences contre les enfants placés.

Les enfants placés: que fait la République?
Diffusion le 27 janvier à 21h05 sur France 3

Janvier 2019: France Télévisions crée un petit séisme politique. À ce moment-là, Pièces à conviction dévoilait le traitement réservé aux enfants placés, avec des familles d’accueil qui les battaient et des cas de violences sexuelles. La stupéfaction est telle que l’affaire est discutée au Parlement français.

Quelques mois plus tard, le journaliste en charge de l’enquête (rediffusée à 23h30) apprend qu’un jeune placé – non pas dans une famille mais dans un hôtel à Suresnes – est mort, tué par un autre gamin, logé lui aussi dans cet établissement. C’est l’élément déclencheur de ce nouveau numéro de l’émission.

Après un prologue où l’on reprend l’histoire des personnes suivies début 2019 (qui ont connu depuis des fortunes variables), le journaliste s’intéresse au meurtre de Suresnes, révélateur des dysfonctionnements du système. On y découvre le fait qu’une bonne partie des enfants placés le sont en réalité dans des hôtels, sans cadre adapté pour les aider correctement. Les psychologues y sont en sous-effectifs et les autorités ignorent la justice qui alerte sur le caractère explosif de cette situation. Et quand une fille placée à Suresnes ose raconter la réalité cachée de ce qui se passe dans l’hôtel, elle est renvoyée.

Mais le journaliste va encore plus loin pour chercher les causes de ces manquements. De fil en aiguille, il parvient au fait que si ces enfants sont mis dans des hôtels, c’est par pure volonté des autorités départementales d’économiser de l’argent. Un constat qui amène ces dernières à se murer dans le silence. Pour finir avec une note d’espoir, le reportage se conclut avec le cas de la Suisse, qui a connu les mêmes problèmes que la France avant de les régler récemment.

Cette deuxième enquête est donc à nouveau bien ficelée, édifiante et choquante. Elle s’est aussi affinée en identifiant non seulement les faits mais aussi les causes et les solutions. Un reportage complet, suivi d’un débat, qui appelle à réflexion sur le cas de ces jeunes qui souffrent dans l’ombre

Sur le même sujet
Plus d'actualité