Le boom des bricoleurs maison

Coûte que Coûte braque ses projecteurs sur les nouveaux bricoleurs du dimanche

Coûte que coûte RTL TVi
Diffusion le 27 janvier à 19h50 sur RTL-TVi

Sous un ciel bleu ou sous la pluie, elles n’ont jamais réellement diminué. Imperturbables, les files d’attente devant les magasins de bricolage ont marqué les esprits lors du premier confinement au printemps. D’ordinaire, le secteur du bricolage suit l’évolution du marché de l’immobilier, mais l’année dernière, rien ne s’est passé comme d’habitude.

Selon RTL-TVI, le chiffre d’affaires des grandes enseignes de bricolage aurait progressé de 20 % par rapport à 2019, avec des pics de vente jusqu’à 75 % au mois de mai. Profitant d’une augmentation de temps libre ou forcés de faire les choses eux-mêmes, de nombreux Belges se sont lancés dans l’aventure du bricolage maison. Au fil du temps, ils ont troqué les outils de petits travaux pour ceux d’ouvrages de plus grande ampleur. Une façon de répondre soi-même aux délais parfois très longs des corps de métier. Surpris par l’ampleur du phénomène, les fournisseurs ont eu du mal à suivre à certains moments et plusieurs produits se sont retrouvés en rupture de stock.

Coûte que coûte part à la rencontre de ces bricoleurs et bricoleuses du confinement. L’occasion de découvrir un couple qui termine la rénovation de sa maison dans la province de Liège, une mère de famille qui réalise tous ses meubles et objets de décoration à partir de tutos et de photos trouvés sur les réseaux sociaux ou encore deux frères qui construisent leur maison eux-mêmes de A à Z. “À chaque fois, on observe les mêmes motivations: enfin du temps libre à consacrer à ces travaux et de sérieuses économies à la clef”, glisse Yann-Antony Noghès, le présentateur de l’émission. “Les tendances ont évolué avec les saisons. D’abord la peinture, puis le matériel d’aménagement de terrasses et jardins, enfin les parquets, boiseries et matériaux d’isolation.

Sur le même sujet
Plus d'actualité