L’esclavage à la scandinave

Les Vikings ne se sont pas limités au pillage, ils ont aussi pratiqué le commerce d’esclaves…

Prisonnier des Vikings Arte
Diffusion le 16 janvier à 20h50 sur Arte

L’opération est brutale. Melkorka est poussée dans une embarcation, Findan dans une autre. Ce dernier a pourtant tout fait pour sauver sa sœur en proposant aux Vikings de payer une rançon pour la racheter. La pratique est fréquente pour les hommes du Nord, qui évitent ainsi de transporter les captifs – et donc de les nourrir et de s’en occuper: il suffit de les emmener à proximité du village où s’établissent les “échanges commerciaux”. Mais cette fois, Findan a beau proposer une belle somme, rien n’y a fait: le chef des barbares veut garder sa sœur pour lui.

La situation vire ensuite à la catastrophe lorsque Findan se fait à son tour capturer. Ni lui ni Melkorka ne reverront la province de Leinster, en Irlande. Findan a réellement existé, sa vie a été relatée dans les écrits d’un moine aux alentours du 10e siècle. Bien racontée, son histoire permet de se plonger dans les méthodes d’esclavage appliquées entre les VIIIe et XIe siècles. À l’époque, les Hommes du Nord écoulent leurs prisonniers de l’Islande jusqu’à Bagdad, marchandant ainsi la liberté de milliers d’hommes et de femmes. Outre les sévices physiques (coups, viols…), les prisonniers doivent alors assumer la perte de leur statut d’Homme libre, une véritable tragédie.

Ce documentaire-fiction permet de comprendre le rôle du commerce d’êtres humains dans l’expansion des Vikings, encore plus important et surtout plus rentable que les pillages. Grâce à l’éclairage de spécialistes (archéologues, historiens, spécialiste de la prospection géophysique…), entrecoupés – parfois brusquement – de scènes de reconstitution, l’immersion est à la fois totale et surprenante. Dans la foulée, Arte diffuse un autre documentaire-fiction centré sur la vie d’une guerrière viking en quête de revanche suite à l’assassinat de son père.

Sur le même sujet
Plus d'actualité