Au cœur de Venise, sans les touristes

Le premier numéro d'Échappées belles nous embarque dans la surréelle Venise sans touristes. Un rêve.

Echappées Belles France 5
Diffusion le 2 janvier à 20h50 sur France 5

Une parenthèse enchantée dans un quotidien confiné. Ou un crève-cœur pour achever de nous déprimer. Le Fragolino, cépage local au goût de fraise, se sert moitié vide ou plein face à Venise retrouvée, le reportage d’une heure et demie, tourné dans la Cité des Doges désertée par les touristes.

Sans les monstrueux bateaux de croisière, rendus à ses habitants, San Marco, le Rialto et les ”calle” (ces ruelles qui sillonnent les quartiers), offrent un visage inédit au XXe siècle. ”On entend le bruit de ses pas, pas celui des roulettes des valises”, confie une de ses guides à cette veinarde de Sophie Jovillard. La journaliste a pris le temps de s’immerger, de s’imprégner de l’ambiance si particulière de la ville.

Si la visite démarre par les incontournables et n’échappe pas à la carte postale, elle prend rapidement les chemins des Vénitiens. Tous plaident pour un tourisme plus durable mais reconnaissent que la ville ne peut pas survivre sans ses visiteurs étrangers. Chez eux, on goûte le vrai tiramisu, découvre l’histoire de l’arrivée du café en Europe, passé ici dès le XVIe siècle, apprend les secrets de cette cucina povera, faites de pâtes, légumes et petits poissons des eaux voisines. Ces eaux que l’absence des hommes a, en si peu de temps, purifiées, comme témoignent ici les scientifiques. Place aux images inédites: îles privées perdues au milieu des flots, jardins dédiés aux abeilles et à la nature, monastère arménien, fabriques de mosaïques, palais sublimes convertis en palaces.

En attendant d’y revenir, faites un tour sur Arte pour vous remplir, encore, de beauté, avec le concert du Nouvel An de la Fenice, ce samedi (18h40) et, dimanche, Le Tintoret et la Nouvelle Venise (17h05), qui remonte vers la Renaissance. Pour soupirer après le pont du même nom.

Plus d'actualité